NOUVELLES
02/09/2017 07:10 EDT | Actualisé 02/09/2017 11:03 EDT

Le convoi de combattants de Daech en fuite aurait atteint son objectif

BEYROUTH — Le convoi transportant des dizaines de membres de Daech (groupe armé État islamique) et leurs familles aurait réussi à atteindre une zone contrôlée par les extrémistes, malgré les menaces de bombardement des États-Unis. Les Américains ont menacé d'attaquer le convoi quelques jours après son départ de la frontière libano-syrienne, ont indiqué des militants de l'opposition syrienne samedi.

Cette annonce survient après celle de la coalition menée par les États-Unis pour combattre Daech. La coalition a affirmé que le convoi de 17 autobus de combattants du groupe armé et de leurs familles, parti il y a six jours, était toujours coincé dans le désert. 

Plus de 300 combattants et membres de leur famille seraient à bord du convoi. Ils ont quitté la frontière libano-syrienne dans le cadre d'une entente négociée avec le Hezbollah qui devait leur assurer l'immunité pour les transporter jusqu'à une ville contrôlée par Daech, à l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

Le Hezbollah a publié une déclaration, samedi, soutenant que des avions militaires de la coalition empêchent toujours le convoi de progresser vers l'est. La coalition barrerait aussi la route à toute intervention du gouvernement pour tenter de les rejoindre ce qui fait craindre que les blessés et les personnes âgées pourraient mourir.

D'après le Hezbollah, six autobus sont toujours immobilisés dans la zone contrôlée par le gouvernement syrien. L'organisation a averti que des civils seraient tués si le convoi est touché par des frappes militaires.

Le groupe libanais demande une intervention de la communauté internationale pour éviter un «terrible massacre». 

La coalition menée par les États-Unis a précisé, vendredi, être à la recherche d'une solution qui permettrait de sauver les femmes et les enfants du convoi.

Plus tôt cette semaine, une attaque aérienne de la coalition avait détruit un pont et creusé un cratère dans la route pour bloquer le passage aux autobus en fuite.