NOUVELLES
02/09/2017 05:53 EDT | Actualisé 02/09/2017 06:00 EDT

GP d'Italie: Todt se dit prêt à aider Honda à rester en F1

Le président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), Jean Todt, s'est dit prêt, samedi en marge du Grand Prix d'Italie, à aider Honda à rester en Formule 1 l'an prochain si son contrat de fourniture moteur avec McLaren était rompu.

"Pour l'instant, il y a un contrat, donc je ne veux pas faire de commentaires sur des faits qui ne sont pas complètement clairs à l'heure actuelle", a expliqué le Français lors d'une conférence de presse au circuit de Monza, avant la séance de qualifications.

Jean Todt a indiqué qu'il avait un dialogue avec les responsables de Honda, sous la menace d'une rupture de contrat de la part de McLaren, très mécontent des performances épouvantables du moteur japonais depuis mars.

"Si cette situation se présente et que je peux aider à faire en sorte que tout le monde reste impliqué dans la catégorie, je ferai mon maximum", a-t-il assuré.

L'ancien patron de l'écurie Ferrari est désireux de ne pas voir un des quatre motoristes de Formule 1 avec Mercedes, Ferrari et Renault quitter le navire.

Vendredi, une réunion a eu lieu dans le paddock à Monza entre les dirigeants de McLaren et ceux de Renault, au sujet d'une éventuelle fourniture du moteur français à l'écurie de Woking lors de la saison prochaine.

Hormis autorisation spéciale de la FIA, un motoriste n'est pas censé équiper plus de trois équipes par saison en Formule 1, donc Toro Rosso, actuellement fourni par Renault comme son écurie soeur Red Bull, pourrait devoir se tourner en 2018 vers Honda, si Renault entame une collaboration avec McLaren.

"Renault a effectivement eu des discussions avec McLaren mais c'est difficile voire impossible pour nous de motoriser quatre équipes", a déclaré Alain Prost au micro de Canal+.

"Nous devons en tout cas privilégier l'écurie Renault", a ajouté le quadruple champion du monde, expliquant que l'encadrement de l'équipe française voulait "avoir une vue très claire sur la situation de 2018 avant le GP de Singapour" dans deux semaines.

Le motoriste japonais a subi une déconvenue début juillet lorsque Sauber, qui avait signé un précontrat pour la prochaine saison, a choisi de faire appel aux services de Ferrari, qui lui apportera son moteur de dernière génération.

smr/dhe