NOUVELLES
29/08/2017 06:12 EDT | Actualisé 29/08/2017 09:43 EDT

«Y'a du monde à messe» prend fin dans l'excitation de la «Spéciale rentrée»

MONTRÉAL — Christian Bégin termine haut la main la première saison de «Y'a du monde à messe». Chaque semaine, l'émission a fidélisé près de 350 000 personnes. Le vendredi 8 septembre, 21h, à Télé-Québec, l'animateur transforme son plateau en rampe de lancement pour la nouvelle programmation 2017-2018.

Durant deux heures, nous y verrons une trentaine de vedettes, dont plusieurs nouvelles têtes telles que Pierre-Yves «En as-tu vraiment besoin?» McSween, comptable professionnel agréé qui animera «L'Indice McSween», les jeudis, 19h30; la journaliste Marie-Louise Arsenault, qui a reçu le mandat de décoder ce que les médias ne disent pas à «Mag Médias», les jeudis, 21h; et Pierre-Yves Lord, sacré nouvel «Homme en or» en relève à Jean-Philippe Wauthier, toujours les vendredis, 21h. On ramène aussi à l'horaire une nouvelle version en dix épisodes du «National d'impro 2017», les mardis, 22h.

On retrouve également Patrick Lagacé, Richard Martineau, Normand Brathwaite, Guylaine Tremblay, Bianca Gervais, Josée di Stasio et les «futées» Geneviève O'Gleman et Alexandra Diaz, de même que Martin Picard et bien d'autres qu'on reverra à différents moments de l'horaire hebdomadaire, à compter du lundi 11 septembre.

Aussi redouté qu'aimé

Nul besoin d'être un féru de musique classique pour apprécier le documentaire sur «Claude Gingras, critique», qui fut à l'emploi de La Presse pendant une soixantaine d'années. S'il existait un mot plus fort, plus puissant que «passionné», il le mériterait. Au cours des décennies, il a accumulé quelque 150 000 33-tours et CD.

Cet inconditionnel de Bruckner et de Chostakovitch aime tellement la musique qu'il pardonne difficilement les écarts que pourraient se permettre chefs d'orchestre, musiciens ou chanteurs à la partition du compositeur qu'il garde sur ses genoux pour suivre religieusement l'œuvre en question. D'ailleurs, au concert ou à l'opéra, il préfère se tenir à l'écart des spectateurs pour ne pas être distrait, pour garder toute sa concentration. Et c'est avec beaucoup de fébrilité, d'inquiétude et d'anxiété que les artistes attendent la publication du lendemain pour connaître son verdict.

La sensibilité du critique qui a côtoyé maestros, prodiges et grands du bel canto, soucieux de l'emploi du mot juste, n'hésite pas à livrer son opinion même si ce n'est pas ce que l'artiste souhaite lire. Bien que rigoureusement honnête, Claude Gingras est un homme original, attachant, qui porte allègrement ses 84 ans. «1001 vies», ce samedi, 21h, à Radio-Canada.

Dans l'ombre des stars

On sait que les artistes les plus suivis se déplacent avec un ou des gardes du corps. Mais comment fonctionne cette surveillance de tous les instants? Le documentaire «Sécurité de stars - Les dessous» donne un accès privilégié à l'organisation du travail. Le spécialiste Tyrone Foster, qui a travaillé avec Céline Dion, Madonna, Marie-Mai, Bruce Springsteen, ACDC et Oprah Winfrey, possède une solide expérience de tous les cas de figures possibles qu'un garde du corps peut rencontrer. De leur côté, les stars parlent du genre de relations qu'elles entretiennent avec leurs protecteurs. À TVA, le mardi 5 septembre, 19h.

Après un spectacle au Colosseum du Caesars Palace, à Las Vegas, Céline Dion, maintenant à l'aube de ses cinquante ans, a bien voulu s'entretenir avec Josélito Michaud et faire le point sur sa vie, qui a pris une nouvelle tangente depuis le départ de son mari et gérant, René Angelil,. À son témoignage s'ajoutent les commentaires de sa mère qui, auteure de sa première chanson, «Ce n'était qu'un rêve», explique à quoi elle rêvait pour sa benjamine. «Céline au-delà des rêves», le vendredi 8 septembre, 19h, à Radio-Canada.

En mars 2015, quand l'humoriste, romancier et comédien Ghislain Taschereau a été hospitalisé d'urgence — il était atteint d'un virus qui a provoqué une péricardite aiguë —, sa vie était sérieusement en danger. Son témoignage s'insère dans le documentaire «Du cœur au ventre», dans lequel Bernard Derome rencontre des chirurgiens cardiaques, des cardiologues et des chercheurs qui diront pratiquer le plus beau métier au monde. On apprend, entre autres, qu'on est à développer la pharmacogénomique, qui veillera à doser le médicament compatible avec l'ADN des individus ce qui, dit-on, révolutionnera le traitement des maladies cardiaques dans le monde. À Canal D, le jeudi 7 septembre, 20h.

À RADIO-CANADA: On peut entendre Yann Perreau dans le spectacle qu'il présentait aux Francofolies de Montréal, l'été dernier. Il y présentait des titres de son cinquième album, «Le Fantastique des astres», dont la chanson «J'aime les oiseaux», ce dimanche, 19h30. L'expérience ultime des «Chefs» se joue le lundi 4 septembre, 20h, alors qu'ils devront préparer une entrée froide, une entrée chaude, un plat principal et un dessert, selon le menu qu'ils auront établi.

À TVA: Les téléromans «L'imposteur», le lundi 4 septembre, 21h, «O'», le mardi 5 septembre, 20h suivi, à 21h, de «L'heure bleue» reviennent à l'horaire en rediffusant le dernier épisode de la saison précédente, histoire de nous remettre dans le bain.

À TÉLÉ-QUÉBEC: On revient sur les affligeants événements du 11 septembre 2001, cette fois en mettant en lumière les incroyables services rendus par «Les chiens, ces héros du 11 septembre», le lundi 4 septembre, 20h.

À ARTV: Chaque semaine, on nous réserve la surprise d'une grande soirée culturelle qui pourra être un concert, du théâtre, de la danse, une sortie au cirque, un spectacle ou une soirée hommage. Le lundi 4 septembre, 21h, «Artistes en vedette» propose «L'Opéra Carmen», avec Vanesa Vento dans le rôle de l'ensorceleuse.

À TV5: «Frank Sinatra ou l'âge d'or de l'Amérique» revient sur une époque où la chanson, le cinéma et la télévision marquent le début d'une nouvelle ère avec Frank Sinatra comme parfait représentant des années explosives. Durant plus de cinquante ans, il fut une idole et demeure une icône de la vie artistique des années 1940-1950 et un peu plus. Le lundi 4 septembre, 19h.