NOUVELLES
29/08/2017 04:22 EDT | Actualisé 29/08/2017 04:40 EDT

GB: Theresa May, au Japon mercredi, "scandalisée" par le tir de missile nord-coréen

La Première ministre britannique Theresa May s'est déclarée mardi "scandalisée" par le tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon, où elle doit se rendre mercredi et a confirmé maintenir son voyage, a indiqué sa porte-parole.

"La Première ministre est scandalisée par la provocation imprudente de la Corée du Nord et elle condamne fermement ces essais illégaux", a déclaré la porte-parole de Downing Street.

"De notre point de vue, nous sommes prêts à continuer de travailler avec nos partenaires internationaux pour maintenir la pression sur la Corée du Nord", a-t-elle ajouté.

La Corée du Nord a tiré mardi matin un missile balistique qui a survolé le Japon avant de retomber dans l'océan Pacifique.

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir en urgence à la demande de Washington et Tokyo, le Premier ministre japonais Shinzo Abe dénonçant une "menace grave et sans précédent".

Theresa May se rend de mercredi à vendredi au Japon alors que le Royaume-Uni cherche à élargir ses liens commerciaux dans l'optique de sa sortie de l'Union européenne.

Les missiles balistiques de la Corée du Nord étaient déjà au programme des discussions entre Theresa May et son homologue japonais Shinzo Abe.

Le thème central de la visite doit être la coopération sécuritaire et les opportunités commerciales et en matière d'investissements.

La porte-parole de Downing Street a précisé que les responsables britanniques et japonais étaient en "contact constant" en vue de cette visite.

"Nous allons faire ce voyage et nos plans n'ont pas du tout changé", a-t-elle dit.

"Pendant les trois prochains jours, la Première ministre va passer pas mal de temps avec le Premier ministre Abe pour discuter, parmi d'autres choses, de la Corée du Nord".

Selon les autorités nippones, le missile a survolé lundi soir l'île de Hokkaido (nord) et est tombé ensuite dans les eaux de l'océan Pacifique, à 1.180 km à l'est des côtes japonaises, sans causer de dommage à des avions ou des navires dans la zone. La dernière fois qu'un tel survol a eu lieu remonte à 2009.

mc/mpa/at