NOUVELLES
27/08/2017 11:33 EDT | Actualisé 27/08/2017 14:41 EDT

Infrastructure: Statistique Canada tente de récupérer des données détaillées

OTTAWA — Statistique Canada tente de colliger les données les plus détaillées jusqu'ici sur l'état des routes, des ponts, des canalisations et des réseaux de transit au pays.

Le mois dernier, l'organisme fédéral a lancé discrètement un sondage national sans précédent pour recueillir des données minutieuses sur l'état des infrastructures municipales et provinciales.

Les municipalités urbaines et rurales ont jusqu'au mois de novembre pour répondre au questionnaire, et les représentants de Statistique Canada prévoient avoir les premiers résultats d'ici l'été prochain.

Recueillir ces informations est impératif pour le plan économique des libéraux à Ottawa.

Le gouvernement Trudeau veut s'assurer que les 186,7 milliards $ qu'il prévoit dépenser dans les 12 prochaines années ciblent les projets d'envergure qui stimulent la croissance régionale et nationale — et non les projets plus modestes, locaux qui n'auront pas d'impact plus vaste.

Statistique Canada veut utiliser les données du sondage, et élargir le nombre d'informations sur la valeur des infrastructures et des dépenses pour estimer l'effet des projets sur l'économie, la productivité, les emplois et les perspectives économiques du gouvernement.

Les libéraux ont fixé une série d'objectifs pour les dépenses, dont la stimulation économique, la diminution des gaz à effets de serre, l'accès accru aux plus grandes villes du Canada, ainsi que la réduction de l'itinérance.

Des documents internes obtenus par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information montrent comment cette initiative a pris forme dans la dernière année et mettent en relief les défis pour obtenir ces données.

Une note interne écrite à l'endroit du ministre des Infrastructures, Amarjeet Sohi, en vue d'une rencontre au mois de février, indique que le gouvernement fédéral atteindra ses objectifs si les provinces, territoires et villes mettent de l'avant des projets qui correspondent à ces critères.

La rencontre était avec Michael Barber, l'expert de la «livraisonlogie» embauché pour aider les libéraux à élaborer des politiques basées sur les faits.

Les villes, les provinces et territoires contrôlent environ 95 pour cent des infrastructures publiques au Canada et représentent environ 90 pour cent des dépenses publiques en infrastructure.

Les libéraux ont promis de laisser autant de flexibilité que possible aux villes et aux provinces, ce qui peut amener des frictions entre les intérêts nationaux et les revendications locales.

«L'infrastructure n'est pas une juridiction "partagée" comme l'immigration; dans ce cas, le gouvernement peut influencer (les autres niveaux de gouvernement) en utilisant son pouvoir de convocation et en imposant son autorité avec les critères des programmes», est-il écrit dans cette note.

«Ce dernier point peut poser un défi, parce que cela peut laisser peu de flexibilité aux provinces, territoires et aux municipalités, qui pourraient faire face à des risques avec des conséquences indésirables.»

Un mois plus tard, un groupe de ministres adjoints ont rencontré le statisticien en chef pour trouver des moyens de «combler un manque important de données en matière d'infrastructure».

Le sondage n'a pas été conçu pour être exhaustif, selon une note interne datée du 7 avril. Mais il reflétera un échantillon représentatif de municipalités, ainsi que certaines communautés autochtones.

Les communautés autochtones ont généralement un taux de réponse bas aux sondages, mais cette fois-ci, Statistique Canada a déployé des efforts pour joindre des conseils de bande et des organisations autochtones.