NOUVELLES
27/08/2017 01:36 EDT | Actualisé 27/08/2017 02:00 EDT

Inde: les partisans du gourou condamné pour viol lèvent le camp

Des milliers de partisans d'un gourou controversé ont mis fin dimanche à leur mouvement de protestation déclenché par la condamnation de leur chef pour viol, un verdict qui a provoqué la mort de 36 personnes lors de violences.

Les partisans de Ram Rahim Singh ont commencé à quitter un à un, sous escorte de l'armée, le vaste complexe de leur chef spirituel à Sirsa (Etat de l'Haryana, nord), qu'ils occupaient depuis vendredi et la condamnation de ce dernier pour avoir violé deux de ses fidèles.

La police a indiqué qu'au moins 36 personnes sont mortes après que des dizaines de milliers d'adeptes ont semé la terreur dans les rues, mettant le feu à des dizaines de véhicules.

Sur place, Trilok Insaan, un adepte, défendait son gourou: "Notre père ne peut jamais commettre de péché", a-t-il déclaré à l'AFP. "C'est une conspiration. Les autorités ont donné l'ordre de +tirer à vue+ sur des adeptes innocents, ce qui est totalement inacceptable".

Le Premier ministre Narendra Modi a déclaré qu'il était "naturel d'être inquiet" face à ce déchaînement de violence. "La violence n'est pas acceptable dans la nation, sous quelque forme que ce soit".

Connu sous le surnom de "Gourou tape-à-l'oeil", en raison de son penchant pour les vêtements criards et les bijoux, ce chef spirituel de 50 ans, à la tête de la secte Dera Sacha Sauda, affirme avoir plus de 50 millions d'adeptes à travers le monde.

Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve au coeur d'une polémique. En 2015, il avait été accusé d'avoir encouragé 400 de ses disciples à se faire castrer pour se rapprocher de Dieu. Il a par ailleurs été poursuivi dans le cadre du meurtre d'un journaliste en 2002.

Sa peine sera connue lundi.

bb/abh/np/sm/ole/at