NOUVELLES
27/08/2017 08:16 EDT | Actualisé 27/08/2017 08:20 EDT

GP de Belgique - Les moments clés du week-end

Les moments clés du Grand Prix de Belgique, douzième manche (sur 20) de l'édition 2017 du Championnat du monde de Formule 1, remporté dimanche par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes):

Distance: 44 tours de 7,004 km soit 308,052 km

Temps: lourd et nuageux, pluie vendredi après-midi

Podium:

1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) les 308,052 km en 1h24:42.820

(moyenne: 218,183 km/h)

2. Sebastian Vettel (GER/Ferrari) à 2.358

3. Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer) à 10.791

Meilleur tour en course: Sebastian Vettel (GER/Ferrari) 1:46.577 au 41e tour (moyenne: 236,583 km/h)

Leaders: Hamilton du 1er au 11e tour, Vettel du 12e au 15e tour, Hamilton du 16e au dernier tour

Meilleur temps absolu des qualifications: Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1:42.553 en Q3 (moyenne: 245,867 km/h)

Pole position: idem

Grille de départ:

1re ligne:

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) - Sebastian Vettel (GER/Ferrari)

2e ligne:

Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) - Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)

3e ligne:

Max Verstappen (NED/Red Bull-TAG Heuer) - Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer)

. Vendredi: Hamilton et Räikkönen dominent

La première journée d'essais libres du Grand Prix de Belgique est dominée par le Britannique Lewis Hamilton, qui confirme son statut de favori sur le rapide circuit de Spa-Francorchamps, sur le lequel la puissance de sa Mercedes est un avantage indéniable. Meilleur temps du matin et deuxième de l'après-midi, le Finlandais Kimi Räikkönen se montre également sur un tracé qu'il affectionne. Des pilotes en lice, il est celui qui compte le plus de victoires dans les Ardennes (quatre, en 2004, 2005, 2007 et 2009) et surtout celui qui y a mené le plus longuement (1070 km).

. Samedi: Vettel prolonge chez Ferrari

Quatre jours après l'annonce de la prolongation de Räikkönen, son équipier chez Ferrari, pour 2018, l'Allemand Sebastian Vettel se réengage à son tour avec la Scuderia jusque fin 2020. L'annonce était attendue au vu des progrès réalisés par l'écurie italienne cette saison, mais peut-être pas si tôt. "Dans un sens, la question de continuer ne se posait pas, explique Vettel. Nous n'avons pas encore atteint nos objectifs", en l'occurrence décrocher le titre mondial. "Je veux gagner en rouge", clame-t-il.

. Samedi: Hamilton égale Schumacher

Lewis Hamilton s'offre avec la manière la 68e pole position de sa carrière en Formule 1, égalant le record de l'Allemand Michael Schumacher. Avec un chrono de 1 min 42 sec 553/1000, le record de la piste, il écrase la concurrence en qualifications. "C'est irréel, réagit-il. Une leçon d'humilité, sachant quelle légende est Michael. Il a accompli quelque chose d'incroyable et je suis très fier d'être à ce niveau moi-aussi." Quoi de mieux pour un 200e départ en Grand Prix dimanche ?

. Dimanche: nouveaux accrochages Ocon/Pérez

Ils s'étaient déjà affrontés au Canada puis accrochés en Azerbaïdjan et en Hongrie. Le Français Esteban Ocon, qui fêtait ce week-end son premier anniversaire en F1, et le Mexicain Sergio Pérez ont récidivé. Les coéquipiers chez Force India se sont une première fois touchés dès le premier tour, sans conséquence pour l'un ou pour l'autre. Leur deuxième moment de friction, au 30e tour, a par contre provoqué la neutralisation de la course pour quatre tours, afin de permettre aux commissaires d'enlever les débris de la piste. Ocon limite la casse et termine neuvième -sa position de départ-, Pérez abandonne au 42e tour. Leur encadrement promet des consignes d'équipe pour éviter que cela ne se reproduise.

. Dimanche: Hamilton s'impose devant Vettel

Parti en pole position, Lewis Hamilton remporte sa cinquième victoire de la saison devant son principal rival pour le titre mondial, Sebastian Vettel, qui voit son avance au Championnat du monde réduite de quatorze à sept points. L'écart final de 2 sec 358/1000 entre les deux hommes rappelle que la bagarre a longtemps été serrée, à l'image de cette tentative infructueuse de dépassement de l'Allemand au 34e tour, juste après que la voiture de sécurité se soit retirée. Vettel de résumer: "J'attendais qu'il fasse une erreur, il attendait certainement que j'en fasse une, ça ne s'est pas produit (...) Ca n'était pas la course la plus spectaculaire à regarder, car on était très proches et que rien ne s'est passé, mais c'était très amusant dans la voiture!"

pel/jcp

FERRARI NV