NOUVELLES
27/08/2017 08:56 EDT | Actualisé 27/08/2017 09:00 EDT

GP de Belgique - Déclarations

Sebastian Vettel (GER/Ferrari), 2e: "Dans l'ensemble, c'était une très bonne course. Très amusante. Probablement pas la plus spectaculaire à regarder, car on était très proches et que rien ne s'est passé, mais c'était très amusant dans la voiture! J'attendais qu'il (Lewis Hamilton) fasse une erreur, il attendait certainement que j'en fasse une, ça ne s'est pas produit. Le niveau était très haut (...) Ceci dit, je n'ai jamais vraiment eu une chance. Plutôt un quart ou une demi chance. Le plus important reste qu'on avait un très bon rythme en course. C'est un réel progrès. J'en suis très heureux. Nous sommes sur la bonne voie. A partir de maintenant, je ne pense pas qu'il y ait un circuit dont nous devions avoir peur."

Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer), 3e: "Ca s'est bien terminé, on peut le dire! C'est toujours surprenant ici. On (Red Bull) n'arrive pas très optimiste et ça dure jusqu'en qualifications... L'année où j'ai gagné ici (2014, ndlr), je ne crois pas m'être très bien qualifié. Pourtant, il semble qu'on trouve un meilleur rythme le dimanche, qui nous place en bonne position, ou bien qu'on bénéficie d'un fait de course et qu'on capitalise dessus... Donc oui, je suis très heureux! Un autre podium est toujours une bonne chose."

Esteban Ocon(FRA/Force India-Mercedes), 9e: "Ce qu'il (Sergio Pérez) a fait, c'est inacceptable. A plus de 300 km/h, ça peut être très dangereux pour nous deux. Il va falloir qu'il se calme, sinon ça va mal aller pour lui. J'espère que l'équipe fera quelque chose pour régler ça. (...) Il ne faut pas que ça se reproduise car on perd encore beaucoup de points aujourd'hui. J'étais septième, c'était des gros points, c'était le maximum qu'on pouvait faire. Je limite la casse, je fais neuf, mais ça n'est pas idéal."

Sergio Pérez (MEX/Force India): "Je pensais avoir une bonne marge, puis je me suis déporté sur la droite sans regarder dans mes rétroviseurs et j'ai heurté Esteban (Ocon). C'était 100% ma faute et je m'excuse sincèrement pour ce premier accrochage. La seconde fois, il était peut-être un peu trop optimiste, il n'avait pas la place de me dépasser. Je pense que nous avons tous les deux un peu manqué de jugement et ruiné la course de notre équipe. A la fin, je ne pouvais plus rien faire. Ma voiture était très abîmée, elle était très difficile à conduire."

pel/jcp

FERRARI NV