NOUVELLES
26/08/2017 02:05 EDT | Actualisé 26/08/2017 02:20 EDT

Turquie: "80 millions de Turcs ont soif de justice" (chef de l'opposition)

"Quatre-vingt millions (de personnes) ont soif de justice", a affirmé samedi le chef du principal parti d'opposition turc, accusant le président Recep Tayyip Erdogan de diriger le pays en "tyran", lors de l'ouverture d'un "Congrès pour la justice" de quatre jours.

Kemal Kiliçdaroglu, chef du Parti républicain du peuple (CHP), a ouvert samedi son Congrès pour la justice dans la province de Canakkale (nord-ouest), un événement inédit en Turquie.

Celui-ci se tient un peu plus d'un mois et demi après le rassemblement géant qui a marqué la fin de la "marche pour la justice" au cours de laquelle M. Kiliçdaroglu a parcouru à pied les quelque 450 kilomètres qui séparent Ankara d'Istanbul, ralliant une foule croissante tout au long du parcours.

"Il n'y a pas de droit, de loi ou de justice dans ce pays", a-t-il déclaré samedi. "Ce n'est pas une personne, mais 80 millions qui ont soif de justice".

"C'est mon devoir de réclamer justice. C'est mon devoir de me tenir au côté des innocents et contre les tyrans", a-t-il ajouté.

M. Kiliçdaroglu a réitéré ses accusations selon lesquelles l'instauration de l'état d'urgence quelques jours après le putsch manqué du 15 juillet 2016 et les purges qui ont suivi constituent un "coup d'état civil" mené par le pouvoir turc.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées sous l'état d'urgence et plus de 140.000 ont été limogées ou suspendues, dont des universitaires, des magistrats et des policiers.

"Des milliers d'universitaires ont été limogés. Les prisons sont remplies de journalistes, (...) des députés sont incarcérés", a déploré le chef du CHP, devant des milliers de personnes qui l'interrompaient à cris de "droits, loi, justice".

Il a expliqué que l'incarcération du député CHP Enis Berberoglu, qui a été le déclencheur de la marche pour la justice, a été "la goutte qui a fait déborder le vase".

M. Berberoglu a été condamné à 25 ans de prison pour avoir fourni au quotidien d'opposition Cumhuriyet des informations confidentielles.

Citant le poête engagé Nazim Hikmet, Kemal Kiliçdaroglu a affirmé que le thème du congrès serait: "Vivre comme un arbre seul et libre, vivre en frères comme les arbres d'une forêt".

Au cours de ce congrès, des sessions seront organisées chaque jour avec pour thèmes les différentes atteintes aux droits dont l'opposition accuse le président Erdogan.

"Nous avons de nombreux citoyens actuellement en prison parce que ce sont des opposants. Nous battre pour nos droits est le devoir du peuple courageux de ce pays", a déclaré M. Kiliçdaroglu.

fo-lsb/sba