NOUVELLES
24/08/2017 13:36 EDT | Actualisé 24/08/2017 14:05 EDT

Pots-de-vin pour un pont: Michel Fournier a plaidé coupable

MONTRÉAL — L'ancien pdg de la Société des ponts fédéraux Michel Fournier a écopé de cinq ans et demi de prison après avoir plaidé coupable à deux chefs d'accusation relativement à des pots-de-vin de plus de 2 millions $ qu'il a reçus.

Il a plaidé coupable jeudi matin, au palais de justice de Montréal, d'avoir accepté un tel bénéfice en contrepartie de l'octroi d'un contrat du gouvernement, et aussi d'avoir effectué du recyclage de produits de la criminalité.

L'homme de 65 ans a reconnu avoir encaissé des pots-de-vin pour un total de 2 345 230 $, versés par SNC-Lavalin dans le cadre du contrat qui avait été accordé à la firme de génie pour la réfection du tablier du pont Jacques-Cartier au début des années 2000.

La Couronne a demandé un arrêt des procédures pour les trois autres chefs d'accusation déposés contre l'ex-pdg.

Un juge de la Cour du Québec lui a imposé une peine de cinq ans et demi de prison jeudi matin.

La GRC a mis au jour toutes ces informations dans le cadre de son projet d'enquête «Agrafe».

Michel Fournier avait occupé le poste de président-directeur général de la Société des ponts fédéraux et président des Ponts Jacques-Cartier-Champlain inc. de 1997 à 2004.

En octobre 2000, un consortium mené par l'entreprise SNC-Lavalin avait obtenu le contrat de 127 millions $ pour la réfection du pont Jacques-Cartier.

Il a été admis par M. Fournier devant le tribunal que SNC-Lavalin lui a versé les quelque deux millions $ dans des comptes bancaires en Suisse. Et qu'il a ensuite tenté de camoufler la provenance de cet argent.

La preuve recueillie démontre que M. Fournier «a délibérément tenté de donner un caractère légitime à l'opération dès l'an 2000 en manoeuvrant pour faire croire que les sommes déposées étaient l'argent du patrimoine de sa belle-soeur aujourd'hui décédée», peut-on lire dans un exposé conjoint des faits signé par M. Fournier et déposé ce jeudi à la Cour.

Le document indique que vu les pertes encourues par M. Fournier sur les marchés boursiers, il est impossible de récupérer tout l'argent des pots-de-vin. Seulement 775 000 $ ont pu être confisqués, avec l'accord de M. Fournier.

Michel Fournier avait été accusé dans cette affaire en 2016.