NOUVELLES
24/08/2017 08:37 EDT | Actualisé 24/08/2017 09:00 EDT

Monaco: le parquet dénonce une violation du secret de l'enquête dans l'affaire Rybolovlev

Le parquet de Monaco a dénoncé une "violation du secret de l'enquête", à la suite de la publication d'échanges téléphoniques présentés comme compromettants entre l'avocate de Dmitri Rybolovlev et la police judiciaire monégasque, dans une affaire d'escroquerie opposant le milliardaire russe à un marchand d'art.

En février 2015, le marchand d'art suisse Yves Bouvier a été inculpé par la justice monégasque pour escroquerie et complicité de blanchiment après une plainte de deux sociétés offshore de Rybolovlev, propriétaires d'une collection de 37 oeuvres d'art d'exception, négociées pour un montant de deux milliards d'euros. Le Suisse est soupçonné d'avoir réalisé des plus-values indues lors de ces négociations.

Les échanges téléphoniques publiés sur le site français d'information Mediapart tendraient à prouver une proximité entre Me Tetiana Bersheda, avocate de M. Rybolovlev, également président du club de football AS Monaco, et les deux responsables de la police judiciaire monégasque, le commissaire Christophe Haget et son adjoint, notamment lors de l'arrestation d'Yves Bouvier. La police monégasque aurait été prévenue de l'arrivée du Suisse en Principauté par l'avocate du milliardaire russe.

Le parquet général de Monaco a relevé dans un communiqué publié mercredi que l'article de Mediapart "fait référence à divers éléments de ces dossiers en violation du secret de l'enquête et de l'instruction".

"L'article omet par ailleurs de préciser que l'expertise ordonnée en vue de l'exploitation de la téléphonie dont sont extraits les messages cités fait l'objet d'une contestation devant la chambre du conseil de la cour d'appel" qui devrait se prononcer dans les prochaines semaines, poursuit le parquet général.

Interrogé par l'AFP, Me Gérard Baudoux, l'avocat de Tetiana Bersheda, a dénoncé "une instrumentalisation médiatique de plus dans ce dossier, qui vise à faire oublier qu'il y a une action en cours à l'encontre de M. Bouvier (...) pour escroquerie".

La défense de M. Bouvier n'a pas pu être jointe.

vxm/cr/thm/lpt