NOUVELLES
24/08/2017 05:46 EDT | Actualisé 24/08/2017 06:00 EDT

Manoeuvres russes: l'Otan "regrette" l'opacité de Moscou

L'Otan a "regretté" jeudi un manque de "transparence" de la part de la Russie et du Bélarus sur des manoeuvres militaires prévues à ses frontières et auxquelles elle ne pourra dépêcher que deux observateurs pour un temps limité.

Plusieurs pays de l'Otan s'inquiètent de cet exercice "Zapad 2017" (Ouest 2017), prévu du 14 au 20 septembre au Bélarus, un allié de Moscou qui partage des frontières avec la Lettonie, la Lituanie et la Pologne.

Quelque 12.700 militaires bélarusses et russes doivent participer à cet exercice, selon Minsk, mais la Lituanie affirme qu'il mobilisera en fait 100.000 soldats.

A l'invitation du Bélarus, "l'Otan enverra deux experts pour assister" aux "journées destinées aux visiteurs de haut rang", a indiqué un responsable de l'Alliance atlantique à l'AFP.

Mais, "nous regrettons que ni la Russie ni le Bélarus n'aient appliqué à Zapad les mesures de transparence prévues dans le document de Vienne, conformément aux règles approuvées par tous les Etats de l'OSCE", a ajouté ce responsable.

L'Otan estime que la Russie, en tant que membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et co-signataire de ce document signé après la fin de la Guerre Froide, doit faire preuve d'une bien plus grande ouverture sur ses exercices militaires d'ampleur.

Le document de Vienne, censé éviter "les malentendus et les erreurs d'appréciation", prévoit notamment que les observateurs extérieurs reçoivent "des briefings sur le scénario et la progression" de l'exercice militaire, qu'ils aient "l'occasion de parler à des soldats individuels" pendant les manoeuvres, ainsi que de réaliser des "survols de l'exercice", a expliqué le responsable de l'Otan.

"Au lieu de cela, la Russie et le Bélarus choisissent une approche sélective et insuffisante. Vouloir éviter ainsi une transparence obligatoire pose question", a-t-il insisté.

"Tout sera, comme d'habitude, ouvert et amical", a assuré un ministre russe adjoint de la Défense, Alexandre Fomine, jeudi sur la chaîne Rossiïa 24. "Ce sont des manoeuvres planifiées communes, ce n'est pas une agression comme certains pays le prétendent. Je vois pas de raison (...) d'avoir peur".

En juillet, l'Otan et la Russie avaient convenu d'éviter tout risque de potentielles confrontations lors de leurs exercices.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, avait alors indiqué, sans autres précisions, que Moscou avait fourni comme le réclamait l'Otan le nombre de soldats, navires et avions qui participeront à Zapad, et que l'Alliance avait également informé Moscou de son prochain exercice "Trident Javelin" 2017.

M. Stoltenberg est attendu jeudi et vendredi en Pologne, où il doit notamment visiter une base de l'Otan à Orzysz (nord).

axr/zap/ole