NOUVELLES
24/08/2017 01:15 EDT | Actualisé 24/08/2017 01:20 EDT

Corée du Nord: le commerce avec la Chine pénalisé par les sanctions

Les importations chinoises en provenance de Corée du Nord, entamées par les sanctions internationales, ont reculé en juillet, et les achats nord-coréens auprès de la Chine s'essoufflent après leur envolée des derniers mois, selon des statistiques publiées par Pékin.

Dans l'ensemble, le volume du commerce bilatéral entre les deux pays s'est établi à 456 millions de dollars le mois dernier, soit un repli de pratiquement 7% par rapport à juin, selon des chiffres des douanes chinoises publiés sur leur site.

Le recul est en partie dû à une baisse continue des importations chinoises auprès de son voisin: elles sont tombées à 156,3 millions de dollars en juillet, soit 3% de moins que le mois précédent et marquant un effondrement de plus de 30% sur un an.

La Chine, principale alliée de Pyongyang et destinataire de quelque 90% des exportations nord-coréennes, avait suspendu en février toutes ses importations de charbon en application de sanctions adoptées par l'ONU.

Ces restrictions visent à priver le régime de Kim Jong-Un de sources de devises cruciales et ainsi enrayer son programme balistique et nucléaire controversé.

Suite à une septième volée de sanctions adoptées début août par les Nations unies, Pékin a récemment annoncé suspendre également ses achats de minerai de fer, de plomb et de produits de la mer nord-coréens.

En sens inverse, les exportations chinoises vers le régime stalinien ont également fléchi: elles étaient de 299,8 millions de dollars en juillet, soit en recul de plus de 8% par rapport à juin.

Mais elles restaient en hausse de 55% sur un an.

En effet, la Corée du Nord a considérablement gonflé ces derniers mois ses emplettes (électroménager, pièces mécaniques, textile, panneaux solaires...) auprès du géant asiatique.

A Dandong, ville chinoise frontalière, l'AFP a constaté que de vibrants échanges commerciaux se poursuivaient en dépit des sanctions -- de nombreuses boutiques chinoises continuant notamment de proposer des métaux précieux venus de l'autre côté.

En pleine montée des tensions entre Pyongyang et Washington, le président américain Donald Trump a de nouveau pointé mi-août la responsabilité de Pékin, l'appelant à intensifier la pression sur son turbulent voisin.

Washington a par ailleurs adopté cette semaine de nouvelles sanctions visant 10 organisations et six individus chinois et russes, impliqués selon les Etats-Unis dans des transactions contribuant au financement du programme nucléaire nord-coréen.

Sont particulièrement ciblés d'importants importateurs de charbon, dont la société chinoise Zhicheng, ou encore la firme chinoise Dandong Rich Earth, grand acquéreur de matières premières.

jug/ehl/ole