NOUVELLES
17/08/2017 07:14 EDT | Actualisé 17/08/2017 07:20 EDT

Venezuela/mutinerie: les familles exigent d'identifier les 37 morts

Une centaine de proches de détenus étaient rassemblés jeudi face à l'hôpital de Puerto Ayacucho, dans le sud du Venezuela, pour exiger l'identification des 37 morts de la mutinerie survenue la veille dans un centre de détention provisoire.

"Les cadavres sont entassés à la morgue" de l'hôpital "et les familles attendent que le ministère de l'Intérieur et de la Justice identifie les victimes et remettent leurs dépouilles" à leurs proches, a déclaré à l'AFP, par téléphone, le gouverneur de l'Etat d'Amazonas (dont Puerto Ayacucho est la capitale), Liborio Guarulla.

Au moins 37 personnes ont été tuées et 14 blessées mercredi au cours d'une mutinerie dans un centre de détention de cette ville proche de la frontière avec le Brésil et la Colombie.

Les médias locaux ont publié jeudi matin, sur les réseaux sociaux, des photos des familles rassemblées face à l'hôpital, en train d'attendre la publication de la liste des morts.

M. Guarulla avait évoqué mercredi soir sur Twitter un "massacre" lors de l'entrée dans le centre de détention - où se trouvaient 103 prisonniers - d'une unité spéciale du ministère de l'Intérieur et de la Justice.

Le gouverneur a indiqué que 61 détenus ont été transférés vers d'autres centres de détention après les faits. L'un d'entre eux est parvenu à s'enfuir dans la confusion.

Selon deux ONG de défense des droits des détenus, Una Ventana a la Libertad et Observatorio Venezolano de Prisiones, les 37 personnes décédées étaient toutes des détenus.

"Il s'agit de la pire mutinerie que nous ayons eue dans un centre de détention provisoire", a précisé Carlos Nieto, coordinateur de l'ONG Una Ventana a la Libertad.

Elle est survenue alors que le pays est plongé dans sa pire crise politique depuis des décennies, avec des manifestations qui ont fait 125 morts en quatre mois.

Fin 2016, la population carcérale était de 88.000 détenus au Venezuela, selon Una Ventana a la Libertad, pour une capacité officielle de 35.000 places.

La pire mutinerie au Venezuela remonte à 2013, avec 60 morts et plus de 150 blessés, dans la prison d'Uribana, dans l'Etat de Lara (ouest).

erc/ka/gde

TWITTER