NOUVELLES
17/08/2017 01:39 EDT | Actualisé 17/08/2017 02:00 EDT

Qatar: la Commission des droits de l'Homme salue l'ouverture saoudienne

La Commission nationale des droits de l'Homme au Qatar a salué jeudi la décision saoudienne d'assouplir les conditions d'entrée en Arabie pour le pèlerinage annuel de La Mecque, tout en rejetant toute politisation de cet évènement religieux.

Dans une déclaration, cette commission a exprimé "sa satisfaction" après la décision saoudienne qu'elle considère comme "un pas en avant pour retirer les obstacles et difficultés" auxquelles étaient confrontés les pèlerins qataris à deux semaines du hajj, l grand pèlerinage musulman à La Mecque.

Cependant, a ajouté cette commission liée au gouvernement, certains points ne sont "encore pas clairs, en particulier concernant des pèlerins résidant au Qatar". Elle n'a pas sans donné davantage de détails su les points à éclaircir.

Et "la question du hajj ne peut pas être soumise à des calculs politiques ou personnels", car "c'est un droit inscrit dans toutes les conventions internationales des droits de l'Homme et dans la charia (loi islamique)", a souligné la commission dans sa déclaration publiée à Doha.

Elle a enfin souhaité "d'autres mesures pour lever complètement le siège" auquel sont soumis, selon elle, les habitants du Qatar.

Le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival du royaume saoudien sunnite.

Ryad et ses alliés ont également pris des sanctions contre le Qatar en fermant leurs liaisons aériennes, maritimes et terrestres.

En milieu de journée, le gouvernement du Qatar n'avait pas réagi officiellement à l'annonce saoudienne concernant le hajj.

str/ras/iw