NOUVELLES
17/08/2017 12:18 EDT | Actualisé 17/08/2017 12:40 EDT

Nautisme: nouveau record de la traversée entre Cuba et la Floride

Le Britannique Nigel Hook et l'Américain Jay Johnson ont établi jeudi matin un nouveau record de vitesse en bateau entre la Floride et Cuba, améliorant le temps établi par l'Allemand Roger Klueh en 2015.

Les deux hommes ont parcouru en une heure et dix-huit minutes les 170 km séparant Key West et La Havane, soit 12 minutes de moins que le pilote allemand.

"C'est quelque chose que j'avais toujours eu envie de faire, donc arriver là avec un temps record... Je suis sans voix", a réagi à l'arrivée Nigel Hook, propriétaire du "powerboat" SilverHook.

Avec cette embarcation capable d'atteindre la vitesse de 110 noeuds (185 km/h) sur mer calme, les deux hommes s'étaient fixé des objectifs très ambitieux, pensant même rallier Cuba en moins d'une heure. Mais ils ont été confrontés à une mer plus agitée que prévu et ont subi une panne du système électrique embarqué.

"Lorsque nous avons vu la silhouette de La Havane à l'horizon, c'était un sentiment merveilleux", s'est ému de son côté Jay Johnson.

Après avoir franchi la ligne d'arrivée, le SilverHook a longé le Malecon, le boulevard de front de mer emblématique de la capitale cubaine, et passé devant l'ambassade américaine, avant d'accoster dans la baie de La Havane.

"C'est un moyen d'améliorer l'amitié entre les Américains, les Américano-Cubains et les Cubains de Cuba" a estimé Nigel Hook. Pour marquer cette amitié, les deux hommes ont décidé de laisser leur trophée dans les locaux du Hemingway International Yacht Club de La Havane.

Avant la traversée de Roger Klueh, effectuée à la faveur du rapprochement diplomatique entre les deux pays, le dernier record remontait à 1958, lorsque l'Américain Forest E. Johnson rejoignit La Havane en six heures et vingt-trois minutes.

Les relations entre les Etats-Unis et Cuba, rétablies en 2015 après un demi-siècle de rupture, se sont rafraîchies depuis l'élection de Donald Trump. Le président américain a durci le ton face à La Havane, portant un coup au rapprochement initié par son prédécesseur Barack Obama.

str-ag/ka/syd