NOUVELLES
17/08/2017 09:42 EDT | Actualisé 17/08/2017 10:02 EDT

La filiale canadienne de Thales décroche un contrant potentiel de 5,2 G $

OTTAWA — La filiale canadienne du géant français de la défense Thales a décroché un contrat de plusieurs milliards de dollars pour l'entretien de navires militaires.

Ottawa affirme que ce contrat octroyé à une coentreprise formée de Thales Canada ainsi que Thales Australia pourrait atteindre 5,2 milliards $ et s'échelonner sur plus de 35 ans.

Le ministre de l'Approvisionnement par intérim, Jim Carr, ainsi que le secrétaire parlementaire Steven MacKinnon, ont procédé à l'annonce, jeudi, dans le cadre de conférences de presse simultanées à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, et à Ottawa.

M. Carr a affirmé que ce contrat offrira aux militaires canadiens l'équipement adéquat afin qu'ils puissent accomplir leurs missions de façon efficace tout en générant de «bons emplois pour la classe moyenne».

Mais l'entente, dont la durée initiale est de huit ans et 800 millions $, a été critiquée par l'Union des employés de la Défense nationale, qui reproche à Ottawa de faire une trop grande place au secteur privé plutôt que d'effectuer l'entretien de ces navires à l'interne.

Le contre-amiral John Newton a répondu que la Marine royale canadienne maintenait un équilibre entre le travail effectué à l'interne et celui confié au secteur privé.

Thales Canada sera également responsable de la formation pour ces navires et l'entreprise devra confier des travaux à des sous-traitants.

En ce qui a trait aux navires livrés dans l'est du pays, les travaux doivent être réalisés au Québec, en Ontario ou dans les provinces de l'Atlantique.