NOUVELLES
16/08/2017 14:04 EDT | Actualisé 16/08/2017 14:20 EDT

Canada: actions prévues contre les manifestations racistes

A Vancouver, à Toronto ou dans d'autres villes au Canada, des mouvements citoyens s'organisent face aux manifestations de groupuscules d'extrême droite dans la lignée du rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville aux Etats-Unis.

"La résistance non-violente doit toujours être la réponse aux actes de haine et de violence. Nous devons dénoncer le discours suprémaciste blanc quel que soit l'endroit", a affiché mercredi sur son compte Twitter Gregor Robertson, maire de Vancouver (Colombie-Britannique, ouest).

Le maire a encouragé ses administrés à se mobiliser face aux propos ou actes racistes alors qu'un groupe d'extrême droite canadien, la Coalition mondiale contre l'islam (WCAI), appelle à une manifestation samedi dans cette ville de la côte pacifique.

Aussitôt, une contre-manifestation a été organisée à l'appel du mouvement citoyen Debout contre le racisme à Vancouver.

"Les racistes et les islamophobes se rassemblent à l'hôtel de ville pour vomir la haine contre les musulmans, les migrants et les personnes de couleur", a indiqué ce groupe qui au nom de "la majorité antifasciste" organise la contre-manifestation "pour dire non à l'islamophobie et non au racisme".

Depuis Washington, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a souligné que son gouvernement est "absolument clair et sans équivoque dans la condamnation de la haine raciste".

"Le Canada n'est pas immunisé face à ce type d'atrocités", a-t-elle ajouté à propos des violences du dernier week-end à Charlottesville où des suprémacistes blancs et des manifestants antiracistes se sont affrontés et où une jeune femme est décédée.

Le Parti nationaliste canadien, groupuscule d'extrême droite, avait prévu une réunion publique mi-septembre sur le campus de l'université de Toronto (Ontario, centre).

Cet établissement a fermement nié avoir donné l'autorisation d'une telle réunion publique. Le président de l'université Meric Gertler a estimé que les événements tragiques aux Etats-Unis sont "un important rappel que nous devons tous nous élever contre la violence et la haine".

A la veille de la rentrée universitaire, Meric Gertler a plaidé pour "le respect mutuel" en soulignant que "le sectarisme, la haine, l'intolérance et la violence n'avaient pas leur place sur le campus".

mbr/jl/sha

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!