NOUVELLES
16/08/2017 07:09 EDT | Actualisé 16/08/2017 07:20 EDT

Bahreïn: le Qatar accusé d'avoir voulu renverser le régime

La télévision d'Etat à Bahreïn a accusé mercredi le Qatar d'avoir cherché à renverser le régime à Manama, qui a donné du crédit à ces accusations en annonçant plus tard l'ouverture d'une enquête.

Bahreïn fait partie --avec l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte-- des pays qui ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar en l'accusant d'entretenir des liens avec des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran.

Doha a rejeté en bloc ces accusations et une crise diplomatique se poursuit depuis plus de deux mois dans le Golfe.

La chaîne de télévision d'Etat de Bahreïn a diffusé mercredi après-midi une émission spéciale au cours de laquelle le Qatar est accusé d'être derrière des manifestations appelant à un gouvernement élu à Bahreïn, petit royaume majoritairement chiite dirigé par une dynastie sunnite et qui est secoué par des troubles depuis six ans.

La chaîne publique bahreïnie a affirmé qu'en 2011, le Premier ministre de l'époque au Qatar, Hamad ben Jassem Al Thani, avait contacté le chef de l'opposition bahreïni Ali Salmane (aujourd'hui en prison) pour lui demander de s'assurer que les manifestants à Bahreïn restent dans les rues afin de maintenir la pression sur le régime.

Plus tard, le gouvernement de Bahreïn a annoncé que le procureur général avait ouvert une enquête sur des appels téléphoniques entre l'ex-Premier ministre du Qatar et Ali Salmane en vue de "porter atteinte aux intérêts" et à "la stabilité" du royaume.

Le mouvement d'Ali Salmane, Al-Wefaq, principal groupe de l'opposition chiite à Bahreïn, a été dissous en 2016 sur ordre de la justice après avoir été accusé de "favoriser le terrorisme". Cheikh Salmane est incarcéré depuis 2014.

Jusqu'ici, le pouvoir à Bahreïn accusait l'Iran chiite de fomenter des troubles dans le royaume.

Cette semaine, dans un rapport annuel sur la liberté religieuse, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a accusé Bahreïn et l'Arabie saoudite de discriminations.

Mercredi, le ministère des Affaires étrangères à Bahreïn a qualifié les remarques de M. Tillerson "d'inappropriées", ajoutant qu'elles reflètent "un profond manque de connaissance".

Bahreïn, proche allié de Washington, abrite le siège de la Ve Flotte des Etats-Unis.

ny-str/ras/mer

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!