NOUVELLES
16/08/2017 08:28 EDT | Actualisé 16/08/2017 08:40 EDT

Argentine : sortie de prison en vue pour une proche de Kirchner

La justice de la province argentine de Jujuy a fini par céder à la pression internationale en octroyant mercredi la résidence surveillée à Milagro Sala, une proche de l'ex-présidente Cristina Kirchner, injustement emprisonnée selon l'ONU.

En prison depuis début janvier 2016, elle sera prochainement placée en résidence surveillée, pendant que les accusations de détournements de fonds suivent leur cours judiciaire, a annoncé à l'AFP Eduardo Tavani, avocat du comité pour sa libération.

La détention de Milagro Sala, qui s'érige en défenseur des Indiens et des populations pauvres de la région de Jujuy, voisine de la Bolivie, était considérée comme "arbitraire" par les Nations unies et injustifiée, au regard des faits qui lui sont reprochés, par Amnesty International et d'autres organisations de défense des droits de l'homme.

Dirigeante de l'organisation politique et sociale controversée Tupac Amaru, Milagro Sala, 53 ans, dit être victime d'une persécution de la part de son vieil adversaire en politique, le gouverneur de la province de Jujuy, Gerardo Morales, un allié du président de centre droit, Mauricio Macri.

Pendant les mandats de Nestor (2003-2007) et Cristina Kirchner (2007-2015), elle avait d'une grande influence, car elle recevait de l'argent public pour mener à bien des programmes sociaux à Jujuy, une province pauvre du nord-ouest de l'Argentine.

Milagro Sala a été inculpée du détournement d'environ 45 millions d'euros et est citée dans d'autres affaires.

Critiqué pour son inaction, le gouvernement argentin s'est tenu à l'écart, mettant en avant le fait qu'en vertu du fédéralisme en vigueur en Argentine, il ne peut s'ingérer dans le fonctionnement de la justice d'une province.

sa/pb/ap/ka/bds

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!