NOUVELLES
14/08/2017 10:24 EDT | Actualisé 14/08/2017 11:01 EDT

Trump s'en prend à une décision du grand patron de la pharmaceutique Merck

TRENTON, N.J. — Le président américain Donald Trump s'en est pris au grand patron de la troisième plus importante pharmaceutique au pays après que ce dernier eut décidé de quitter un comité consultatif en critiquant la réponse du milliardaire après les violences raciales qui ont éclaté samedi à Charlottesville, en Virginie.

Le chef de la direction de Merck, Kenneth Frazier, a écrit, lundi, sur le réseau social Twitter, que les «leaders américains devaient honorer nos valeurs fondamentales en rejetant les manifestations de haine, de sectarisme et toute revendication de suprématie qui nient l'idéal américain voulant que tous les hommes ont été créés égaux».

M. Frazier est l'un des quelques Afro-Américains à diriger une société figurant dans le classement Fortune 500.

La pression s'accroît sur M. Trump afin qu'il dénonce les suprémacistes blancs à la suite des événements survenus au cours de la fin de semaine. Le milliardaire a rapidement réagi à la décision de M. Frazier en affirmant sur Twitter que celui-ci aura maintenant «plus de temps pour réduire les prix totalement abusifs des médicaments».

Les fabricants de médicaments ont été la cible de nombreuses critiques aux États-Unis en raison de la hausse vertigineuses des prix. M. Trump avait promis de mettre un frein à ces pratiques.

Avec sa sortie, M. Trump a semblé s'en prendre à un dirigeant de l'industrie pharmaceutique qui a tenté de faire preuve de transparence en dévoilant les changements de prix décrétés par Merck pour certains médicaments.