NOUVELLES
14/08/2017 09:18 EDT | Actualisé 14/08/2017 09:40 EDT

Liban: les derniers rebelles syriens ont été évacués

Les derniers rebelles syriens présents dans l'est du Liban ont été évacués lundi vers la Syrie, à la suite d'un accord avec leurs adversaires du mouvement chiite libanais Hezbollah, ont indiqué plusieurs sources.

Il reste encore des jihadistes du groupe Etat Islamique (EI) dans l'est du Liban et l'arme libanaise prépare une offensive majeure pour les en déloger.

L'évacuation de la région montagneuse du Jouroud Aarsal a été confirmée par les médias du Hezbollah, la Sureté générale libanaise et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Environ 40 bus et 14 véhicules de la Croix-Rouge libanaise ont transporté 2.000 personnes, dont 300 rebelles du groupe Saraya Ahl al-Cham et le reste des civils, vers la localité syrienne de Flita", selon l'OSDH.

Le "média de guerre" du Hezbollah a également confirmé que les bus étaient arrivés à Flita, située à moins de 10 km de la frontière libanaise. Ils devraient ensuite se rendre dans une localité sous contrôle des rebelles dans le même secteur.

Ce même média avait annoncé la semaine dernière que les évacuations allaient "libérer" les territoires à l'est de la ville libanaise d'Aarsal "d'hommes armés et de réfugiés".

Le Hezbollah, qui soutient militairement le régime de Bachar al-Assad en Syrie, avait lancé le mois dernier une offensive pour éliminer du Jouroud Aarsal toute présence de jihadistes anciennement liés à Al-Qaïda et de rebelles syriens comme ceux de Saraya Ahl al-Cham.

Le Jouroud Arasal a été utilisé comme refuge par des militants syriens antirégime et comme abri pour un nombre indéterminé de réfugiés qui fuyaient les combats en Syrie.

Après six jours de combats, un cessez le feu était intervenu au terme duquel un premier contingent de 8.000 personnes, en majorité des réfugiés mais aussi des jihadistes, avaient été évacués vers la Syrie.

Reste maintenant la bataille contre les jihadistes de l'EI, qui devrait être menée par l'armée libanaise d'un côté de la frontière et par l'armée syrienne et le Hezbollah de l'autre.

Selon le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, l'EI contrôlerait une zone estimée d'environ 300 km² à cheval entre Liban et la Syrie, dont environ 140 km² au Liban.

rh/sk/bpe