NOUVELLES
14/08/2017 11:13 EDT | Actualisé 14/08/2017 11:21 EDT

La firme québécosie WSP Global consolide sa place en Nouvelle-Zélande

MONTRÉAL — WSP Global souhaite accroître sa présence dans la région de l'Asie-Pacifique en proposant d'acquérir Opus International Consultants (OIC), qui compte 3000 employés à travers le monde, pour 280,5 millions $ CAN, un montant qui tient compte de la dette.

La transaction, qui reçoit l'appui de la majorité des actionnaires d'OIC, permettrait à la société québécoise d'ajouter 1800 travailleurs en Nouvelle-Zélande en plus de bonifier son expertise dans des secteurs comme les transports et l'eau.

Une porte-parole de WSP Global, Isabelle Adjahi, a également expliqué que l'acquisition offre la possibilité à la société montréalaise de pouvoir décrocher d'importants contrats en Nouvelle-Zélande.

«Ce marché est florissant du côté des infrastructures», a-t-elle expliqué, lundi, au cours d'un entretien téléphonique.

Par l'entremise d'une offre publique, WSP Global (TSX:WSP) propose de payer 1,78 $ NZ ainsi qu'un dividende de sept cents NZ pour chaque action d'Opus. La multinationale a également conclu une entente avec UEM Edgenta Berhad afin d'acquérir sa participation de 61,2 pour cent dans Opus.

Il s'agit de la 20e transaction annoncée par la firme québécoise depuis qu'elle a dévoilé son plan de croissance en 2015 et de la plus importante depuis l'arrivée d'Alexandre L'Heureux aux commandes l'an dernier.

Cette acquisition ferait passer l'effectif de WSP Global à environ 40 000 employés. Elle permettrait à la firme de se rapprocher de son objectif de compter 45 000 travailleurs en plus de générer un chiffre d'affaires annuel de 6 milliards $ d'ici la fin de 2018.

Pour l'exercice terminé le 31 décembre dernier, Opus a généré des recettes de 435 millions $ CAN.

La firme montréalaise avait mis le pied en Australie ainsi qu'en Nouvelle-Zélande en 2014 lorsqu'elle avait avalé Parsons Brinckerhoff — une firme de 13 500 employés — pour 1,35 milliard $ US.

Dans l'ensemble, les analystes ont accueilli favorablement l'annonce, estimant qu'elle démontrait que WSP Global était sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs.

Maxim Sytchev, de Marchés financiers Dundee, a expliqué que l'offre de WSP Global lui permettait de profiter de la baisse du prix de l'action d'Opus même si les résultats de cette société s'étaient améliorés.

«WSP met la main sur une bonne compagnie qui a rencontré d'importants écueils récemment», a pour sa part estimé Frédéric Bastien, de Raymond James, dans une note envoyée par courriel.

Après cette acquisition, WSP Global anticipe que la proportion de ses revenus nets dans la région de l'Asie-Pacifique passerait de 14 pour cent à 20 pour cent de ses revenus nets totaux.