Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les jeunes libéraux votent contre une brèche à la loi 101

Au terme d'un débat passionné, les jeunes du Parti libéral du Québec ont rejeté dimanche une proposition.

Au terme d'un débat passionné, les jeunes du Parti libéral du Québec ont rejeté dimanche une proposition pour admettre des élèves francophones dans les écoles anglaises, ce qui allait à l'encontre de la Charte de la langue française.

Les jeunes libéraux de Montréal qui pilotaient cette résolution, faisaient valoir qu'il manquait de places dans les écoles françaises de la métropole tandis que le réseau scolaire anglophone est sous-utilisé.

Le proposeur, Matthew Quadrini, soutenait notamment que les institutions anglophones étaient en déclin en raison de la loi 101. Il proposait un projet-pilote dans lequel un millier d'élèves francophones seraient admis dans des écoles primaires anglaises.

À l'opposé, des jeunes libéraux ont affirmé qu'il fallait plutôt défendre le français et mieux soutenir le réseau scolaire anglophone.

Le projet de résolution a été rejeté par une forte majorité après des échanges vifs où certains déploraient une confrontation entre anglophones et francophones.

En point de presse peu après le vote, le ministre responsable de la Charte de la langue française, Luc Fortin, a indiqué que le vote était cohérent avec la position du gouvernement.

Il a indiqué qu'il y avait une paix linguistique et que le gouvernement n'avait pas du tout l'intention de rouvrir la loi 101.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.