NOUVELLES
11/08/2017 05:49 EDT | Actualisé 11/08/2017 19:50 EDT

Quinze pays ont reçu des oeufs contaminés, selon l'Union européenne

BRUXELLES — Quinze pays, y compris le territoire chinois de Hong Kong, rapportent avoir reçu des oeufs ou des produits à base d'œuf contaminés, selon des dirigeants de l'Union européenne.

Plusieurs producteurs de la Belgique et des Pays-Bas font l'objet d'une enquête depuis qu'on a découvert que leurs oeufs avaient été traités avec un produit chimique interdit et dangereux pour la santé humaine, le Fipronil.

Un porte-parole de l'UE, Daniel Rosario, a dit vendredi que des fermes ont aussi été mises en quarantaine en France et en Allemagne. Il a nommé 13 autres pays qui ont reçu des produits provenant de ces pays.

Hong Kong est le seul territoire non européen à avoir été nommé.

Les autres pays mentionnés par M. Rosario sont la Suède, le Royaume-Uni, l'Autriche, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie, le Danemark et la Suisse.

L'Union européenne a aussi annoncé l'organisation, le mois prochain, d'une rencontre extraordinaire pour faire le point sur la crise. La Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne s'attribuent mutuellement la responsabilité de la situation.

Le Fipronil serait entré dans la chaîne alimentaire quand il a été ajouté illégalement à un produit utilisé pour détruire les poux et les tiques des poules.

Une exposition au Fipronil peut causer des nausées, des vomissements, des maux de tête et des étourdissements. Une exposition à long terme à de grandes quantités du produit peut endommager la glande thyroïde, le foie et les reins, et possiblement provoquer des convulsions.

Pratiquement tous les tests effectués jusqu'à présent n'ont détecté que des quantités infimes de Fipronil — de sept à dix fois moins que la concentration tolérée par l'UE —, mais un test effectué en Belgique a découvert des concentrations supérieures.

En France, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a assuré que l'examen d'oeufs importés et contaminés ne témoigne d'aucune menace pour la santé publique. Pour sa part, la Pologne a dit que 40 000 oeufs potentiellement contaminés n'ont jamais été écoulés sur le marché; ils seront maintenant détruits ou renvoyés au producteur.