NOUVELLES
11/08/2017 03:49 EDT | Actualisé 11/08/2017 04:00 EDT

Pologne : forte présence policière pour protéger une marche du PiS

Les autorités ont mobilisé jeudi soir à Varsovie quatre fois plus de policiers que de contre-manifestants opposés à une marche mensuelle du parti conservateur au pouvoir, selon des chiffres obtenus vendredi auprès de la police.

Quelque 2.000 policiers ont assuré la sécurité des 2.500 participants à la marche alors qu'une manifestation rivale a réuni environ 500 opposants, selon le porte-parole de la police de Varsovie Sylwester Marczak. La marche s'est déroulée "dans le calme", a-t-il précisé.

Cette marche mensuelle est organisée depuis sept ans par le chef du parti Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski en commémoration du crash de l'avion présidentiel en 2010 à Smolensk (Russie), où son frère, le président Lech Kaczynski, avait trouvé la mort avec 95 autres personnes.

Les opposants à ces marches, venus avec des roses blanches ou les mains enchaînées pour symboliser le manque de liberté touchant selon eux la Pologne gouvernée par le PiS, accusent M. Kaczynski d'en faire une tribune politique.

Le PiS a fait passer une loi qui permet d'interdire des contre-manifestations dans un rayon de 100 mètres d'un rassemblement ayant pour les autorités une importance nationale, comme les commémorations historiques ou cérémonies religieuses.

"La police nous a ordonné d'enlever notre banderole car nous perturbons la tenue de la marche, en étant situées trop près", a déclaré à l'AFP Elzbieta Turczynska debout sur un trottoir lors du passage de la marche. Elle y avait écrit "liberté, égalité et Constitution".

"On n'est pas des bandits!", s'est indignée une autre opposante, Bozena Fryzowska, brandissant une rose blanche et une facture symbolique pour stigmatiser le poids de ces marches sur les finances publiques.

Les marches mensuelles du PiS ont déjà coûté à l'Etat 3,5 millions d'euros, selon leurs opposants.

mc/lch/mct