NOUVELLES
08/08/2017 15:50 EDT | Actualisé 08/08/2017 16:00 EDT

Présidentielle/Kenya: l'opposition rejette les résultats provisoires

La coalition du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle kényane, Raila Odinga, a annoncé mercredi à la presse qu'elle rejetait les résultats provisoires diffusés par la commission électorale et donnant une large avance au chef de l'État sortant, Uhuru Kenyatta.

Un des principaux responsables de la coalition, le sénateur James Orengo, a appelé la population "à rejeter ces résultats illégaux".

L'opposition reproche à la commission électorale (IEBC) de ne pas lui communiquer les procès-verbaux susceptibles de corroborer les résultats transmis électroniquement et diffusés sur le site internet de la commission.

Quelques minutes plus tard, Raila Odinga lui-même s'est adressé à la presse pour dénoncer à son tour "des résultats fictifs".

"Le système a échoué. Nous rejetons les résultats (publiés) jusqu'à présent", a déclaré M. Odinga.

Selon les derniers résultats provisoires postés sur le site de la commission et portant sur près de 11 millions de suffrages exprimés, M. Kenyatta est crédité de 55,27% des voix contre 43,93% pour M. Odinga, qu'il devance de 1,2 million de voix.

M. Odinga a également accusé la commission électorale d'avoir interdit à ses agents de scanner les procès-verbaux dans certains bureaux de vote.

De nombreux observateurs kényans et internationaux ont fait part de leurs craintes de troubles à l'annonce des résultats de la présidentielle, dix ans après les pires violences électorales enregistrées dans cette ex-colonie britannique depuis son indépendance en 1963.

La campagne, acrimonieuse, où l'opposition n'a eu de cesse d'accuser le camp présidentiel de préparer des fraudes, a fait ressurgir le spectre des violences de 2007-2008 qui avaient fait au moins 1.100 morts et plus de 600.000 déplacés.

"Nous entrons désormais dans la phase la plus critique du cycle électoral", avait prévenu le chef de l'IEBC, Wafula Chebukati, en début de soirée, appelant les Kényans à la patience.

La commission électorale a justifié son choix de poursuivre la diffusion régulière des résultats partiels par souci de "transparence envers les électeurs et le peuple kényan".

Les sondage d'opinion, quelque peu discordants, donnaient les deux candidats au coude à coude dans les derniers jours de la campagne.

fal/cyb/laf