NOUVELLES
08/08/2017 07:05 EDT | Actualisé 08/08/2017 07:20 EDT

Afghanistan: renforts de troupes vers le nord, nombreux civils disparus

L'armée afghane a dépêché mardi des renforts de troupes et des commandos des forces spéciales vers la province excentrée de Sare-Pul, dans le nord, où de nombreux civils sont portés disparus après le massacre de dizaines de personnes ce week-end.

Selon le porte-parole du gouverneur provincial, Zabihullah Amani, "150 familles ont été emmenées" en otages par les assaillants.

"Les commandos (des forces spéciales) ont été déployés, des frappes aériennes sont actuellement conduites, et les commandants sur le terrain font tout pour reprendre la zone", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense à l'AFP, le général Dawlat Waziri.

"Nous pouvons confirmer que 34 personnes ont été massacrées par les terroristes quand ils ont pris la vallée et qu'un nombre inconnu de personnes ont été prises en otages. Mais le village étant coupé du reste du monde nous ne pouvons confirmer les informations indiquant que des filles et des femmes ont été emmenées", a insisté le général, commentant des rumeurs persistantes sur les réseaux sociaux.

Les autorités afghanes ont dénoncé lundi une opération menée conjointement par les talibans, qui ont pris le district de Sayad au terme de 48 heures de combats samedi, et le groupe Etat islamique (EI) qui s'en serait pris aux civils du village chiite de Mirza Olong.

Pour M. Amani, "le bilan est toujours de 50 morts dont des femmes et des enfants" majoritairement des civils appartenant à la minorité chiite, tués samedi, à l'issue d'une offensive des talibans sur le district de Sayad.

La zone "est coupée du monde et nous ne pouvons confirmer de nouveaux massacres perpétrés par les terroristes", a-t-il ajouté. Il n'a pu confirmer que des filles chiites avaient été emmenées.

"Malheureusement nous n'avons aucun signe d'une contre-offensive pour reprendre Mirza Olong, village chiite où se sont déroulées les tueries, a confié M. Amani, contredisant le ministère de la défense.

"Les autorités de Sare-Pul city nous ont indiqué que les terroristes avaient emporté tous les téléphones, personne n'est plus en mesure de joindre" ce district, a confirmé à l'AFP Sediq Sediqqi, porte-parole du gouvernement.

Les talibans qui ont revendiqué dimanche la prise de contrôle du district de Sayad, verrou stratégique à une quinzaine de km de la capitale provinciale, ont démenti "fermement" toute coopération avec l'EI.

us-ach/lpt