NOUVELLES
02/08/2017 15:56 EDT | Actualisé 02/08/2017 18:42 EDT

Le président du Brésil, Michel Temer, ne sera pas suspendu de ses fonctions

BRASILIA, Brésil — Les députés brésiliens ont tranché mercredi que le président Michel Temer pourra rester en poste et n'aura pas à subir un procès pour corruption.

Pour suspendre le président de ses fonctions, 342 élus auraient dû se prononcer en ce sens.

Ce vote constitue le plus récent chapitre de l'enquête colossale qui a mené à l'incarcération de plusieurs membres de l'élite du pays, dont l'ex-président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, qui a écopé d'une peine de 15 ans de prison.

Michel Temer a accédé au pouvoir il y a un peu plus d'un an, après la destitution de Dilma Rousseff pour des manipulations comptables dans le budget fédéral. Celle-ci accuse M. Temer d'avoir orchestré son évincement parce qu'elle refusait de freiner l'enquête sur le scandale de corruption impliquant la société d'État Petrobras.

Le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, a ouvert une enquête sur Michel Temer pour corruption, entrave à la justice et implication au sein d'une organisation criminelle. Le président a jusqu'à présent été accusé de corruption et un autre chef devrait être porté contre lui d'ici la fin du mois — ce qui conduirait à un autre vote sur son évincement.

En matinée, l'opposition avait tenté de repousser la tenue du vote, sans doute puisqu'elle ne pouvait pas compter sur suffisamment de voix pour traduire le président en justice.

Malgré une myriade d'appels à sa démission et une cote de popularité d'à peine cinq pour cent selon le plus récent sondage national, M. Temer a su maintenir la majeure partie de sa coalition dans la Chambre des députés, qu'il a d'ailleurs présidée pendant plusieurs années.

Les députés de l'opposition espéraient que la télédiffusion de la séance par le réseau Globo dissuade les sympathisants de M. Temer de l'appuyer ouvertement, alors que l'ensemble de la Chambre fera l'objet d'une élection l'an prochain.