NOUVELLES
01/08/2017 23:22 EDT | Actualisé 01/08/2017 23:40 EDT

Le noviciat bouddhiste, voie de sortie de la pauvreté au Laos

Le noviciat bouddhiste est considéré comme une voie de sortie de la pauvreté pour des milliers d'adolescents au Laos, pays communiste pauvre coincé entre la Thaïlande, le Vietnam et la Chine.

A l'aube, chaque matin, pour le plus grand bonheur des touristes, les jeunes moines, dans leur robe orange, se mettent en ligne le long des rues de Luang Prabang, coeur religieux du Laos et ancienne capitale royale.

Ils reçoivent des offrandes -- traditionnellement du riz -- de la part de la communauté de fidèles de ce pays très rural, resté largement bouddhiste en dépit de décennies de régime communiste.

La pratique perdure aussi à travers les pays voisins d'Asie du Sud-Est : dans la grande mégalopole de Bangkok, il n'est ainsi pas rare de voir dès l'aube des moines marchant, pieds nus, dans les rues pour collecter les offrandes des croyants, de maison en maison.

Mais au Laos, un des pays les plus pauvres d'Asie, et notamment à Luang Prabang, la proportion de novices dans leurs rangs est impressionnante.

Pour ces centaines d'adolescents de zones rurales vivant dans des dortoirs rattachés aux nombreux monastères de la petite ville, devenir novice est une façon d'accéder à l'éducation, les écoles rurales étant souvent surchargées et manquent de moyens.

"Je viens d'une famille nombreuse, très pauvre... alors je suis venu ici pour étudier", explique Khao Phommesith, 18 ans, qui a quitté son village, situé à plusieurs heures de Luang Prabang.

"J'apprends l'anglais, je veux avoir un bon avenir, peut-être devenir docteur ou ingénieur, je ne sais pas encore.... C'est un moyen pour moi de commencer" à m'en sortir, ajoute-t-il.

Mais c'est une vie faite d'astreinte et de rigueur, loin de celle des adolescents de leur âge mieux nés.

"Nous nous levons à 03:30 du matin pour prier. Puis nous collectons les offrandes, nous déjeunons, nous faisons la vaisselle, avant de faire une procession et de méditer", explique Xeonic, 12 ans, recueilli dans un temple de la ville après la mort de sa mère.

Avec son architecture coloniale et sa proximité du Mékong, Luang Prabang attire de nombreux touristes étrangers. A la haute saison, en automne et hiver, la cérémonie matinale de collecte des offrandes est une véritable attraction. Et les moines se retrouvent assaillis par les touristes et leurs appareils photo.

Certains jeunes deviennent moines à la fin de leur noviciat, mais la plupart retournent à la vie civile.

apj-dth/ole