NOUVELLES
02/08/2017 02:39 EDT | Actualisé 02/08/2017 03:00 EDT

France - Paris Saint-Germain: Dani Alves de plain-pied

Il a permis au Paris SG de remporter son premier titre de la saison et a lancé à Neymar une amicale pression pour l'attirer à Paris: à peine arrivé, Dani Alves a déjà pris ses marques.

L'histoire du Brésilien de 34 ans au PSG, c'est pour l'heure, en termes de match officiel: un match, un but, une passe décisive, élu homme du match et la victoire au Trophée des Champions, contre Monaco samedi dernier à Tanger (2-1).

Pas mal pour une recrue! "Pour des débuts officiels, je suis très heureux d'avoir aidé l'équipe à atteindre l'objectif. J'étais un peu embêté: on n'avait gagné aucun match en préparation. Pour quelqu'un qui vit pour la compétition et la victoire, c'est un peu compliqué, mais bon, la victoire est arrivée au bon moment", a-t-il commenté en parlant de la tournée américaine (un nul et deux défaites).

Sur le terrain, il s'est senti à l'aise, malgré un certain déchet technique quand il est venu s'immiscer dans l'axe: il a donné de la voix pour placer et replacer ses coéquipiers, s'est occupé de tirer coups francs et corners, a mis le pied pour défendre et l'oeil pour centrer.

"Dani Alves a une personnalité exceptionnelle, il est facilement entré dans le groupe. On aurait dit aujourd'hui (samedi) qu'il jouait avec nous depuis longtemps", s'est félicité son coéquipier Javier Pastore.

- Mentalité -

"Je suis venu ici pour lutter, pour essayer de rendre ce club meilleur", a aussi rappelé Dani Alves, dont la mission est d'apporter cette touche d'agressivité, cet état d'esprit de gagneur qui peut faire pencher la balance, notamment en vue du dernier carré de la Ligue des champions, l'objectif minimal du PSG qui rêve de la remporter.

Il s'agissait rien moins que de son 35e titre glané en club, de l'Esporte Clube Bahia (club de Salvador de Bahia dans le Nordeste dont il est originaire) au PSG en passant par le FC Séville, le FC Barcelone et la Juventus.

Un palmarès forgé par de bons choix de carrière mais aussi une certaine mentalité. "Je me souviendrais toujours du jour où il m'a dit: +Plus je travaille dur, plus j'ai de la chance+", a écrit sur Twitter Marc Bartra, son ex-coéquipier au Barça, dans un message de félicitations.

Le Brésilien, normalement arrière droit, était titularisé sur l'aile droite, devant Thomas Meunier. Les deux joueurs se sont bien entendus. Et le positionnement d'Alves en attaque offre une possibilité de plus dans la palette offensive d'Unai Emery, qui dispose aussi de joueurs comme Lucas et Angel Di Maria.

De fait, l'intégration du joueur, venu libre à Paris en provenance de la Juventus Turin, a été facilitée par le gros contingent sud-américain. Il a aussi montré quelques affinités particulières, notamment avec le gardien allemand Kevin Trapp.

- Showman -

Et c'est le genre de joueur à assurer le show: le multitatoué, qui aime arborer des looks excentriques en dehors des terrains, a fait preuve d'une joie très expressive lors des buts, ou sur le podium des vainqueurs: il a d'abord goulûment embrassé la coupe, avant même que son capitaine Thiago Silva ne l'ait soulevée, puis au moment de la brandir lui-même, l'a posée sur la tête en tirant la langue, sa manière habituelle.

Et puis, c'est aussi un ami de Neymar. Auquel il a parlé par médias interposés: "Sois courageux, le monde appartient aux courageux", a-t-il lancé, au moment où l'attaquant barcelonais gardait le silence sur ses intentions.

"Les décisions sont pour les courageux. Moi, je suis le plus courageux: j'ai décidé de quitter le Barça, de quitter la Juve, je prends toujours des décisions. Il doit se décider pour sa maturité et son idée de continuer à progresser", a-t-il ajouté, en se donnant en exemple.

Avant de rappeler, aussi, qu'il l'avait renseigné sur le Barça avant que "Ney" y signe en 2013. Mercredi matin, Neymar annonçait son départ à ses coéquipiers barcelonais.

ybl/dmk