NOUVELLES
30/07/2017 14:46 EDT | Actualisé 30/07/2017 16:22 EDT

Jean-Éric Vergne a remporté la deuxième course du ePrix de Montréal

MONTRÉAL — Le Français Jean-Éric Vergne a connu une fin de semaine de rêve et remporté sa première course en carrière en Formule électrique (FE), dimanche, au ePrix de Montréal.

Sous un soleil de plomb, Vergne a devancé au fil d'arrivée Felix Rosenqvist par 0,896 seconde, tandis que Jose Maria Lopez a complété le podium, à 3,752 secondes. Il s'agissait de la première victoire de Vergne en FE, ainsi que la première pour son équipe, Techeetah.

«Ç'a pris du temps, hein?, a d'abord questionné Vergne, le sourire aux lèvres. C'était une victoire spéciale, évidemment. J'aurais peut-être préféré qu'elle se produise à Paris, mais ma deuxième ville favorite était Montréal.

«La victoire a été à notre portée à maintes reprises cette saison, mais pour une raison que j'ignore, nous n'étions jamais capables de la concrétiser, a ajouté celui qui a terminé deuxième samedi. Obtenir cette victoire, tout juste avant la pause estivale, c'est merveilleux. Ça finit la saison sur une bonne note.»

Lucas di Grassi a terminé septième, tandis que son principal adversaire au championnat des pilotes, Sebastian Buemi, a abouti au 11e rang. Di Grassi a ainsi obtenu son premier titre des pilotes en carrière.

En dépit de ce résultat, l'équipe Renault e.Dams, pour laquelle pilote Buemi, s'est adjugé un troisième titre des constructeurs consécutif. Une victoire douce-amère pour le copropriétaire de l'équipe française, Alain Prost.

«Nous voulions remporter les deux championnats aujourd'hui (pilote et constructeur), mais les choses ont tourné incroyablement en notre défaveur, a dit l'ex-pilote de F1. C'est un championnat de plus en plus compétitif, et on ne peut se permettre de faire la moindre erreur. C'est la raison pour laquelle nous sommes si fiers d'avoir gagné le championnat (des constructeurs) pour la troisième fois, car ça montre que nous sommes constants.» 

Plus à perdre qu'à gagner

Le détenteur de la pole position, Rosenqvist, a connu un départ irréprochable et conservé le premier rang pendant un bon moment, devant Vergne et Sam Bird, respectivement.

Le Suédois a toutefois été surpris par Vergne au 30e tour, tandis qu'à l'arrière, Bird cédait le troisième rang à son coéquipier chez Virgin Racing, Lopez.

«En ressortant des puits, il (Vergne) avait six secondes de retard sur moi. Il avait un bon rythme — et moi aussi —, mais à un certain moment j'ai réalisé que ce serait difficile», a confié Rosenqvist, qui a terminé troisième au championnat des pilotes, devant Bird.

«Puis, quand il s'est approché, je l'ai laissé me dépasser parce que je voulais m'assurer de récolter des points pour battre Sam (Bird) au classement. J'avais plus à perdre qu'à gagner aujourd'hui.»

La veille, di Grassi avait enlevé les honneurs de la première épreuve du week-end sur le circuit urbain de 2,75 km dans les rues de la métropole.

Contrairement à samedi, alors que la course comptait 35 tours, celle-ci en totalisait 37. Il s'agissait de la 12e et dernière course de la troisième saison d'existence de la FE. Le ePrix de Montréal est également au calendrier en 2018 et 2019.