NOUVELLES
24/07/2017 07:02 EDT | Actualisé 24/07/2017 07:20 EDT

Une délégation de l'OMS, du PAM et de l'Unicef en mission au Yémen

Une délégation onusienne de haut rang se trouvait lundi en mission au Yémen, un pays ravagé par la guerre et confronté à une crise humanitaire, aggravée par une épidémie de choléra, selon une source de l'ONU.

Après une visite dans la matinée à Aden (sud), les directeurs de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, et de l'Unicef, Anthony Lake, sont arrivés dans l'après-midi dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles, ont indiqué des sources politiques.

A Aden, capitale "provisoire" du gouvernement reconnu par la communauté internationale, la délégation a été reçue par le Premier ministre yéménite Ahmed ben Dagher pour un entretien qui, selon l'agence de presse gouvernementale Saba, a porté sur l'aide humanitaire internationale au Yémen.

Cité par cette agence, M. Ghebreyesus a souligné la nécessité de sensibiliser les habitants au Yémen "aux dangers de l'épidémie de choléra qui s'est propagée dans les provinces du pays" et que les organisations humanitaires "cherchent à contenir".

Il n'a pas été possible d'obtenir des précisions sur le programme et la durée de la mission des trois organisations onusiennes.

L'épidémie de choléra, qui a déjà fait plus de 1.800 morts au Yémen, pourrait atteindre le seuil de 600.000 cas en 2017, a averti dimanche le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dont le président Peter Maurer est également en visite au Yémen.

La guerre au Yémen oppose le gouvernement soutenu par une coalition militaire arabe menée par l'Arabie saoudite aux rebelles Houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh et accusés de liens avec l'Iran.

Le Yémen, un pays pauvre de 27 millions d'habitants, est confronté à une crise humanitaire qui s'aggrave au fil des mois et qui, selon l'ONU, a placé le pays au bord de la famine.

Depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe, les combats ont fait plus de 8.000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44.500 blessés.

Sept accords de trêve négociés par l'ONU n'ont pas tenu et les efforts de paix sont au point mort.

pho-faw/tm/iw