NOUVELLES
24/07/2017 07:20 EDT | Actualisé 24/07/2017 07:40 EDT

Tour de France - Bilan par équipe: Sept sur 22 terminent au complet

Sept équipes (AG2R La Mondiale, Katusha, Sunweb, Cofidis, Direct Energie, Cannondale et Wanty) sur 22 ont réussi à terminer au complet le Tour de France, à neuf coureurs.

Le chiffre, identique à celui de l'édition 2013, est à comparer avec le Tour de l'année passée, sensiblement plus montagneux (6 équipes au complet).

Le bilan des équipes (dans l'ordre des gains):

Sky: objectif atteint pour le groupe britannique qui a confisqué le maillot jaune (Thomas, Froome) hormis pendant un intérim de deux jours assuré par Aru. La 4e victoire de Froome, sa plus serrée, a consacré la puissance de l'équipe.

Cannondale: la formation américaine a valu par Uran, inattendu deuxième par rapport aux prévisions de départ. Le Colombien a ajouté une étape à son actif et a fait oublier la discrétion de ses partenaires (Talansky, Rolland).

Sunweb: carton plein pour l'équipe allemande qui a raflé deux des quatre maillots distinctifs (vert pour Matthews, à pois pour Barguil) et gagné pas moins de quatre étapes. Un bilan dans le droit fil du Giro remporté par Tom Dumoulin.

AG2R La Mondiale: l'équipe française la plus en vue a travaillé pour Bardet, son chef de file. Une étape de prestige et une place sur le podium ont récompensé le groupe, la deuxième force du peloton mais à distance de Sky.

Quick-Step: cinq étapes pour Kittel, avant son abandon en dernière semaine. La formation belge a scoré et son coureur pour le classement général, Dan Martin, actif mais malchanceux, s'est rapproché du top 5.

Lotto: Greipel a échoué pour la victoire, tout comme De Gendt, qui aurait mérité mieux par sa persévérance, et Gallopin. A défaut de succès, l'équipe belge s'est souvent montrée à l'avant sans connaître de réussite.

Astana: Aru a fait mieux que se défendre pendant plus de deux semaines (une étape et le maillot jaune pendant deux jours), avant de souffrir dans les Alpes. Les chutes de Fuglsang et Cataldo avant les Pyrénées ont décimé l'équipe kazakhe.

Lotto NL: Roglic et Groenewegen, vainqueurs d'étapes dans les cinq derniers jours, ont sauvé l'honneur -et mieux encore !- pour la formation néerlandaise qui termine à seulement cinq coureurs.

Trek: Contador pour ses probables adieux au Tour, s'est battu sans parvenir à gagner d'étape. Degenkolb a lui aussi raté le coche. Au contraire de Mollema qui a touché juste dans l'étape du Puy-en-Velay.

Orica: le maillot blanc de meilleur jeune pour S. Yates (7e au classement final) ... et c'est tout. Chaves, qui a appris le décès d'un proche au départ, a traîné un moral en berne et connu un apprentissage difficile.

Emirats: Meintjes (8e), qui a buté sur S. Yates pour le maillot blanc, a confirmé sa régularité, sans pour autant paraître progresser par rapport à l'année passée. Atapuma et Ulissi, à l'affût, n'ont pu conclure.

Dimension Data: tôt privée de Cavendish sur chute, la formation sud-africaine a dépendu de Boasson Hagen. Le Norvégien, vainqueur à Salon-de-Provence, est passé tout près à Nuits-Saint-Georges. Pour moins de 6 millimètres !

BMC: très maigre bilan pour l'une des armadas du peloton, qui visait la victoire avec Porte. Sa chute dans le Mont du Chat a changé la donne et Van Avermaet n'a pu conclure comme les deux années précédentes pour un succès d'étape.

Bora: l'exclusion de son leader, P. Sagan, a laissé le groupe allemand furieux mais aussi orphelin. L'abandon de Majka a ajouté au désarroi. Deux étapes (P. Sagan, Bodnar) sauvent l'honneur.

Direct Energie: Calmejane, auteur de débuts tonitruants (victoire aux Rousses), a fait oublier l'éviction de Coquard. Voeckler, emblématique chef de file, a terminé sa carrière dans l'émotion.

Wanty: constamment à l'avant dans la plaine (Offredo, Van Keirlsbuck et surtout Backaert), l'équipe belge de deuxième division a honoré son invitation. G. Martin, pour sa découverte d'un grand tour, a laissé entrevoir un potentiel.

Katusha: ni Kristoff dans les sprints, ni T. Martin dans les contre-la-montre ou la plaine, n'ont fait figure de vainqueur. Un Tour à oublier pour la formation immatriculée en Suisse malgré l'obstination de Politt.

FDJ: un début en trombe puis la descente aux enfers. L'équipe de Marc Madiot a terminé à trois coureurs, sans aucun de ses chefs de file (Démare, Pinot, Vichot). Heureusement, Démare a gagné à Vittel.

Fortuneo: souvent présent dans les échappées (Bouet, Feillu, Gesbert, Périchon), le groupe breton a tenu sa place, sans jamais toutefois passer la vitesse supérieure. A l'exemple de son sprinteur McLay.

Movistar: la grave chute de Valverde dès le prologue symbolise une édition catastrophique pour la puissante formation espagnole. Fatigué par le Giro, Quintana a été loin de son niveau antérieur malgré son courage.

Bahrein: l'abandon d'entrée de jeu de son leader (I. Izagirre) a décapité le groupe et limité son champ d'action aux sprints. Mais Colbrelli a découvert à ses dépens la difficulté du Tour.

Cofidis: s'il a terminé pour la première fois la course, Bouhanni n'a pu revenir à son meilleur niveau après sa grave chute du printemps. Comme à leur habitude, Edet et Navarro se sont montrés à leur avantage. Mais toujours sans gagner.

jm/ama

SKY

DIRECT ENERGIE