NOUVELLES
24/07/2017 00:34 EDT | Actualisé 24/07/2017 00:40 EDT

La Chine continuera à renvoyer les transfuges nord-coréens (ministère)

La Chine continuera à renvoyer chez eux les transfuges nord-coréens auxquels elle ne reconnaît pas le statut de réfugiés, a déclaré lundi un porte-parole de Pékin, adressant une fin de non-recevoir à un haut responsable de l'ONU.

"Les personnes qui pénètrent illégalement en Chine ne sont pas des réfugiés", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang.

"Conformément aux règles du droit international et des besoins humanitaires, nous traiterons les personnes qui pénètrent illégalement en Chine selon la loi", a-t-il poursuivi.

Le porte-parole était interrogé sur les propos de l'émissaire spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Corée du Nord, Tomas Ojea Quintana, qui a exhorté vendredi Pékin à cesser de renvoyer dans leur pays les Nord-Coréens arrêtés en fuyant via la Chine, pointant les risques de tortures ou d'exécutions à leur retour dans leur pays.

Lors d'une conférence de presse à Séoul, M. Quintana s'est dit "alarmé par une hausse des arrestations et des rapatriements forcés de Nord-Coréens" arrêtés en Chine.

En cas de rapatriement forcé, les Nord-Coréens risquent les persécutions, la détention arbitraire, la torture voire la mort, selon Human Rights Watch (HRW), organisation internationale de défense des droits de l'homme.

Human Rights Watch a affirmé en juin qu'au moins 51 Nord-Coréens avaient été arrêtés en Chine depuis juillet 2016. L'organisation indiquait que 13 au moins avaient été renvoyés de force en Corée du Nord, tandis que les autres demeuraient en Chine.

jch/bar/lch