NOUVELLES
24/07/2017 09:10 EDT | Actualisé 24/07/2017 15:02 EDT

Amnistie dénonce une épidémie de violence sexuelle au Soudan du Sud

WAU, Soudan du Sud — Le Soudan du Sud est balayé par une vague de violence sexuelle «massive», dénonce un nouveau rapport d'Amnistie internationale.

Un nouveau rapport du groupe londonien de défense des droits de la personne affirme que des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants souffrent en silence, en proie à une maladie mentale, après avoir été abandonnés à leur sort après leur agression.

Certaines victimes ont été infectées par le VIH et d'autres sont maintenant incapables d'avoir des relations sexuelles.

Amnistie internationale a compilé ce rapport après avoir rencontré 168 victimes aussi bien au Soudan du Sud que dans des camps de réfugiés en Ouganda voisin, où la crise humanitaire ne cesse de prendre de l'ampleur.

Un représentant d'Amnistie a décrit une «violence sexuelle préméditée». Des hommes ont dit avoir été castrés, pendant que d'autres ont raconté avoir eu les testicules percés avec des aiguilles. Le groupe dit que des attaques semblent destinées, dans certains cas, à empêcher les hommes du camp adverse de pouvoir se reproduire.

Amnistie a ajouté que des victimes sont ciblées en raison de leur ethnie.

L'ONU a dénoncé l'an dernier une explosion de 60 pour cent des actes de violence sexuelle au Soudan du Sud. Soixante-dix pour cent des femmes réfugiées dans les camps onusiens de la capitale, Juba, rapportent avoir été violées depuis le début de la guerre civile en décembre 2013.

L'ONU a aussi accusé aussi bien les rebelles que les forces gouvernementales d'utiliser la violence sexuelle comme arme de guerre.