NOUVELLES
24/07/2017 08:15 EDT | Actualisé 24/07/2017 08:21 EDT

Aires protégées: le Canada traîne de la patte

OTTAWA — Le Canada fait figure de cancre parmi les pays du G7 en matière de protection de la biodiversité, selon un rapport publié lundi par la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP).

Avec ses 10,6 pour cent d'aires protégées en milieu terrestre, le Canada traîne en queue de peloton, et ce, à trois ans de l'échéance fixée pour l'atteinte de la cible internationale de 17 pour cent.

Le gouvernement canadien s'était pourtant engagé en 2010 à protéger au moins ce pourcentage d'ici 2020 lorsqu'il a ratifié un plan sous l'égide de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies.

Or, depuis ce temps, seulement un pour cent du territoire canadien a été protégé, déplore la SNAP dans son étude d'une quarantaine de pages.

Le Québec n'aide pas la cause. Au contraire, il tire le reste du pays vers le bas, son pourcentage d'aires protégées de 9,35 pour cent se situant en deçà de la moyenne canadienne.

Dans un communiqué, la section québécoise de la SNAP regrette «que contrairement au palier fédéral, le gouvernement du Québec n'a pas mis en place d'initiative spécifique pour améliorer la situation».

La SNAP note dans la même déclaration que l'«intérêt renouvelé du gouvernement fédéral pour la protection de la nature pourrait amener des progrès significatifs en vue d'atteindre les objectifs internationaux».

Palmarès du G7

1- Allemagne: 37,8 pour cent

2- Royaume-Uni: 28,5 pour cent

3- France: 25,8 pour cent

4- Italie: 21,5 pour cent

5- Japon: 19,4 pour cent

6- États-Unis: 13 pour cent

7- Canada: 10,6 pour cent

Source: Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP)