Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Festival River and Sky : le « Woodstock » du Nord de l'Ontario

Le « Woodstock » du Nord de l'Ontario : c'est l'éloge qu'a reçu à maintes reprises le neuvième festival River and Sky. Et lorsqu'on arrive sur les lieux du festival dans la petite communauté de Field, on comprend très bien pourquoi.

Un texte de Benjamin Aubé

Plus de 1300 personnes ont assisté au festival de quatre jours. Ce sont des totaux records pour River and Sky, selon, Roxanne Taillefer, organisatrice de l’événement.

« C’est la plus grosse année jusqu’à date. Les commentaires que j’ai reçus indiquent que tout s’est vraiment bien déroulé », explique-t-elle.

Le festival se tient sur un terrain de camping privé entouré d’arbres et de petits lacs près de la rivière Sturgeon. Cet emplacement contribue beaucoup à l’ambiance du festival.

« La nature aide beaucoup, affirme Mme Taillefer. On est entourés d’eau, il y a des canots, des saunas, des personnes qui se baignent. C’est des vacances. »

« C’est organique. Tout le monde a un rôle, que ce soit un campeur, un volontaire, un vendeur, un artiste, quelqu’un qui fait de l’installation, ceux qui jouent de la musique. Tu arrives ici, et après une heure ou deux, tu te dis, “OK, on ralentit un peu” », dit Mme Taillefer.

Des centaines de tentes et de véhicules récréatifs sont installés un peu partout sur le grand terrain. Un court sentier dans la forêt permet de relier la scène principale à la zone de plage, où on trouve une scène secondaire.

Parmi l’offre aux visiteurs, on retrouve une dizaine de vendeurs et d’artisans locaux. Entre autres, Lucien Roberge y vendait de la viande et des légumes biologiques provenant de sa ferme de Verner.

C’est super! Les musiciens sont incroyables. Tous ceux que j’ai entendus étaient vraiment bons. Je suis entouré d’autres vendeurs, tout le monde s’entend bien et on s’est amusés toute la fin de semaine.

Les mélodies du bonheur

Avec un sourire, Mme Taillefer explique que plusieurs bénévoles semblaient disparaître dans la foule chaque nuit.

« Surtout de 20 h à 23 h, c’est difficile de trouver des volontaires parce que tout le monde veut voir les têtes d’affiche, dit-elle en riant. Mais on a trouvé des amis pour nous aider et on s’est partagé les tâches. On trouve toujours les moyens. »

Parmi la quarantaine de musiciens à l’affiche, on retrouvait Wintersleep, le groupe originaire de Halifax avec un Prix Juno et plusieurs nominations à son actif, et le trio ontarien Timber Timbre, deux fois nominé pour le Prix Polaris.

« On sait ce qu’on veut créer comme ambiance à River and Sky chaque année. On prend en considération toutes nos expériences et on essaie de mieux faire chaque année », conclut Mme Taillefer.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.