NOUVELLES
21/07/2017 12:08 EDT | Actualisé 21/07/2017 12:20 EDT

Les violences entre Palestiniens et Israéliens depuis 2015

Rappel des principales violences entre Palestiniens et Israéliens depuis octobre 2015, après les heurts meurtriers vendredi à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.

Depuis octobre 2015, les Territoires palestiniens et Israël sont en proie à une vague de violences qui ont causé la mort de plus de 280 Palestiniens et plus de 40 Israéliens.

La majorité des Palestiniens tués sont des assaillants ou assaillants présumés, souvent jeunes, agissant seuls et armés de couteaux. D'autres ont été tués dans des raids de l'aviation israélienne à Gaza ou lors de manifestations anti-israéliennes.

Les attaques et les manifestations sont attribuées par des experts aux vexations de l'occupation israélienne, aux frustrations économiques et aux dissensions interpalestiniennes.

- 2015 -

En septembre, l'esplanade des Mosquées à Jérusalem est le théâtre de trois jours de heurts consécutifs entre Palestiniens et policiers israéliens. Les violences s'étendent à différents quartiers de Jérusalem et à la Cisjordanie occupée.

Le 1er octobre, un couple de colons israéliens est tué par des tirs palestiniens contre leur véhicule près de Naplouse en Cisjordanie.

Suit une flambée de violences, avec des affrontements entre jeunes Palestiniens et soldats israéliens, des agressions mutuelles entre Palestiniens et colons et une série d'attaques anti-israéliennes à l'arme blanche.

Le 9 octobre, sept jeunes Palestiniens sont tués par des tirs israéliens lors de heurts à la frontière de la bande de Gaza.

Le 10 octobre, Israël affirme avoir déjoué un attentat, et mène le lendemain à Gaza un raid en représailles à un tir de roquette, tuant une Palestinienne enceinte et sa fillette.

- 2016 -

Le 17 janvier, un Palestinien pénètre dans une colonie israélienne de Cisjordanie et tue à coups de couteau une infirmière en présence de plusieurs de ses enfants. Il s'agit de la première attaque perpétrée dans une maison d'une colonie israélienne depuis le début de la vague de violence.

Le 8 juin, deux Palestiniens ouvrent le feu sur des clients dans un quartier animé à Tel-Aviv. Deux hommes et deux femmes sont tués. Les assaillants sont arrêtés, dont l'un est grièvement blessé par balles.

Tel-Aviv avait déjà été le théâtre le 1er janvier d'une attaque analogue quand un Arabe israélien avait ouvert le feu sur des terrasses d'établissements, tuant deux personnes. Il avait ensuite tué un chauffeur de taxi dans sa fuite. Il avait été abattu une semaine plus tard.

Du 30 juin au 2 juillet, quatre attaques palestiniennes, trois en Cisjordanie et une près de Tel-Aviv, coûtent la vie à deux Israéliens. Trois assaillants sont abattus, dont deux étaient originaires d'un village proche de Hébron.

Les autorités israéliennes bouclent cette ville, poudrière du sud de la Cisjordanie.

- 2017 -

Le 8 janvier, quatre soldats israéliens sont tués lorsqu'un Palestinien lance son camion contre un groupe de militaires en excursion à Jérusalem. Le chauffeur du camion est tué sur place.

Le 14 juillet, trois Arabes israéliens tuent par balles deux policiers israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, avant d'être pourchassés et abattus sur l'esplanade des Mosquées.

Israël prend la décision exceptionnelle d'interdire deux jours l'accès à l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, puis décide d'installer des détecteurs de métaux aux entrées de ce site.

Pour dénoncer cette mesure, les Palestiniens décident de ne plus aller prier sur l'esplanade, des centaines de fidèles effectuant depuis leurs prières à l'extérieur du site.

Le 21 juillet, la police israélienne interdit aux hommes de moins de 50 ans d'accéder à la vieille ville.

Au moins trois Palestiniens sont tués et des centaines d'autres blessés lors de heurts à Jérusalem-Est, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza entre forces de l'ordre israéliennes et manifestants.

acm/ber/vl