NOUVELLES
16/07/2017 11:58 EDT | Actualisé 16/07/2017 12:20 EDT

Mondiaux-2017 - Disqualifiée aux JO-2016, Muller reste la reine du 10 km

Ses larmes ont changé de saveur. Amères à Rio l'été dernier, elles sont remplies de joie au bord du lac Balaton (Hongrie) dimanche : un an après sa désillusion olympique, la Française Aurélie Muller a conservé avec panache sa couronne de championne du monde du 10 km en eau libre.

La France règne pour l'instant sans partage sur le lac hongrois dans ces Mondiaux-2017 : ses nageurs ont remporté deux médailles d'or en autant de courses. Avant Muller (27 ans), le jeune Marc-Antoine Olivier, médaillé de bronze olympique du 10 km en 2016, avait triomphé dans le 5 km samedi.

Gare à eux dans le relais 5 km par équipes mixtes jeudi.

"Je suis super contente, vraiment. Revenir après ce qui s'est passé à Rio, l'émotion monte là... Je suis juste fière de moi. L'histoire est belle", a lâché Muller la voix tremblante d'émotion.

Il y a un an dans la baie de Copacabana, la Française entraînée par Philippe Lucas avait vu son rêve olympique s'envoler quand une disqualification pour avoir gêné une autre concurrente dans le sprint final lui avait coûté la médaille d'argent.

Dimanche, dans le lac Balaton, elle s'est imposée en 2h 0 min 13 sec 7/10, devant l'Equatorienne Samantha Arevalo (2h00:17.00). L'Italienne Arianna Bridi et la Brésilienne Ana Marcela Cunha se sont partagées la médaille de bronze (2h00:17.20).

- Kolesnichenko encore en or -

Muller devient ainsi seulement la deuxième nageuse de l'histoire à conserver le titre mondial du 10 km, seule distance olympique de l'eau libre, après la Russe Larisa Ilchenko, sacrée trois fois d'affilée (2006, 2007, 2008).

A la victoire, elle a ajouté le panache puisqu'elle a mené le peloton durant la quasi-intégralité de la course, un exploit dans cette discipline.

"Il reste encore trois années jusqu'à Tokyo (où auront lieu les JO-2020, NDLR). Ca confirme que je suis sur la bonne voie", a estimé la Française.

Ca s'est beaucoup moins bien passé pour la championne olympique en titre, Sharon van Rouwendaal, camarade d'entraînement de Muller. Longtemps dans le groupe de tête, la Néerlandaise a craqué en fin de parcours pour terminer seulement seizième (2h01:55.5).

Dans les bassins de Budapest, c'était "business as usual" : la Russie, avec Svetlana Kolesnichenko et Alexandra Patskevich, a remporté le duo technique de natation synchronisée (95,0515 pts) et la Chine s'est offert deux nouveaux titres au plongeon, au tremplin à 1 m messieurs et au 10 m synchronisé dames.

Pour Kolesnichenko, c'est la deuxième médaille d'or en deux jours, après celle du solo technique. Au total, la 14e couronne mondiale de sa carrière, à 23 ans.

De quoi s'inscrire dans la lignée de ses illustres compatriotes, Natalia Ishchenko et Svetlana Romashina, multi-médaillées olympiques et mondiales et auxquelles, associée à Patskevich, elle succède au palmarès du duo technique.

es/mca/jcp