NOUVELLES
16/07/2017 08:16 EDT | Actualisé 16/07/2017 08:40 EDT

GP de Grande-Bretagne - Les moments clés du week-end

Les moments clés du Grand Prix de Grande-Bretagne, dixième manche (sur 20) de l'édition 2017 du Championnat du monde de Formule 1, remporté dimanche par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes):

Distance: 51 tours (un tour de formation supplémentaire) de 5,891 km soit 300,307 km

Temps: frais et humide, averses en qualifications

Podium:

1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1h21:27.430

(moyenne: 221,201 km/h)

2. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) à 14.063

3. Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) à 36.570

Meilleur tour en course: Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1:30.621 au 48e tour (moyenne: 234,025 km/h)

Leaders: Hamilton du 1er au 51e tour

Meilleur temps absolu des qualifications: Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1:26.600 en Q3 (moyenne: 244,891 km/h)

Pole position: idem

Grille de départ:

1re ligne:

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) - Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)

2e ligne:

Sebastian Vettel (GER/Ferrari) - Max Verstappen (NED/Red Bull-TAG Heuer)

3e ligne:

Nico Hülkenberg (GER/Renault) - Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes)

. Mercredi: la F1, sans Hamilton, fait le spectacle à Londres

Plus de spectacle et plus près des fans, voilà le credo des nouveaux propriétaires de la Formule 1, le groupe américain Liberty Media, pour relancer la discipline reine du sport automobile. A son initiative, des F1 roulent mercredi dans les rues de Londres, avec au volant tous les protagonistes de la saison 2017, à l'exception du Britannique Lewis Hamilton, devant 100.000 spectateurs, selon la mairie de Londres. "Nous allons voir plus de ces événements à Londres et autour du monde. Nous voulons créer des festivals pour les fans dans les centre-villes et autour des Grand Prix", explique à l'AFP Sean Bratches, chargé des opérations commerciales de la F1.

. Jeudi: Hamilton face à la presse britannique

L'absence de la star nationale Lewis Hamilton, qui a préféré prendre quelques jours de vacances en Grèce, lors de l'événement de Londres la veille fait les choux gras de la presse anglaise jeudi. Boude-t-il après deux courses décevantes? Est-il fâché contre Mercedes? Snobe-t-il ses fans? En conférence de presse, le Britannique évoque une saison "intense", la "pression" de s'imposer à domicile et explique avoir "essayé de (se) préparer du mieux possible et de (se) relaxer".

. Samedi: Hamilton se rachète avec la pole

Vendredi déjà, le Britannique, conscient qu'il lui faut faire amende honorable auprès du public après le raté londonien, n'a pas manqué une occasion de saluer depuis sa monoplace et de signer des autographes. Samedi, il décroche la 67e pole position de sa carrière (à une unité du record de Michael Schumacher), plus d'une demi seconde devant Kimi Räikkönen, et la dédie à ses fans: "Je les vois du coin de l'oeil à chaque tour, quand je sors des virages, qui me font signe. C'est tout pour moi. Cette énergie, je la ressens et elle m'inspire pour réaliser des tours comme aujourd'hui".

. Dimanche: coups durs pour Vettel et Räikkönen

Parti de la troisième position sur la grille dimanche, Sebastian Vettel a longtemps oscillé entre la troisième et la quatrième place, subissant les assauts de Max Verstappen d'abord, puis de Valtteri Bottas. Mais, dans le 50e et avant-dernier tour, une crevaison soudaine le prive de précieux points, alors que son dauphin au classement général, Lewis Hamilton, file vers la victoire. Septième a franchir la ligne, il sauve les meubles. Et sa tête au Championnat du monde pour un tout petit point. Même punition, à peine adoucie par la montée sur la troisième marche du podium, pour son coéquipier Kimi Räikkönen, qui a lui crevé au 49e tour, laissant le champ libre à Bottas.

. Dimanche: Hamilton s'impose et revient à un point de Vettel

A l'issue d'une course tranquille dimanche, au cours de laquelle il a de bout en bout "géré l'écart" avec ses poursuivants, Lewis Hamilton remporte pour la quatrième fois consécutive, la cinquième dans sa carrière, le Grand Prix de Grande-Bretagne. Un cinquième succès dans son GP national qui lui permet d'égaler le record de victoires de son compatriote Jim Clark et du Français Alain Prost, et surtout de revenir à un point de Sebastian Vettel, 7e seulement, au Championnat du monde.

pel/jcp

FERRARI NV

RENAULT

LIBERTY MEDIA