NOUVELLES
15/07/2017 16:44 EDT

Saison incertaine pour les pêcheurs de crevettes

Les crevettes se font plus rares dans les filets des pêcheurs cette année. Cette diminution en inquiète plusieurs étant donné qu'ils doivent conjuguer ce problème avec une réduction des quotas et du prix au débarquement.

Les pêcheurs Sylvain Bujold et Nicolas Chouinard sont inquiets. « Je n’ai jamais connu une saison aussi difficile en 20 ans de pêche à la crevette », soutient Sylvain Bujold. Ses prises ont diminué de moitié cette année.

Ça vient quasiment à un point de se demander si ça vaut la peine d'y aller par rapport aux captures, parce que les captures ne sont pas là.

Sylvain Bujold, pêcheur de crevettes

Le directeur de l'Office des pêcheurs de crevettes du Grand Gaspé, Patrice Élément, avoue qu’il y a une plus grande diminution des taux de captures qu’appréhendée. « On s'attendait à une saison difficile, mais pas à ce point », dit-il. Patrice Élément mentionne cependant qu'un secteur sur la Côte-Nord se porte plutôt bien.

Dans la zone d'Antisosti, c'est bon […] On s’attendait à ce que ça baisse, mais c’est au moins aussi bon que l’an passé.

Patrice Élément, directeur de l'Office des pêcheurs de crevettes du Grand Gaspé

Autres défis

À la diminution des prises, il faut ajouter une baisse du quota de 15 % imposée par Ottawa, pour protéger la ressource qui diminue depuis le retour de poissons comme le Sébaste. Quant au prix au débarquement, il a également diminué : il est d’en moyenne 90 cents contre environ 1,30$ l’an dernier.

Ce prix au débarquement inquiète aussi les pêcheurs. « On ne pourra pas rentrer des quantités minimes de crevettes pis payer toutes nos dépenses pour arriver », soutient le président de l'Association des pêcheurs de crevettes de Matane, Nicolas Chouinard.

C'est soit qu'eux autres, ils payent plus cher ou bien il ne se transformera plus de crevette.

Nicolas Chouinard, président de Association des pêcheurs de crevettes de Matane

Pour l’instant, la baisse des débarquements de crevettes à Matane n’inquiète pas la direction de l’usine de Matane, qui demeure optimiste tant que la saison n'est pas terminée.

D'après les informations de Jean-François Deschênes.