NOUVELLES
15/07/2017 17:37 EDT | Actualisé 15/07/2017 18:44 EDT

Jérusalem : l'esplanade des Mosquées rouvrira dimanche

L'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, rouvrira dimanche après avoir été fermée vendredi matin à cause d'une fusillade qui a coûté la vie à deux policiers israéliens et à leurs trois assaillants.

Les autorités israéliennes l'ont confirmé samedi soir.

« Il a été décidé de rouvrir le Mont du Temple (l'esplanade des Mosquées) progressivement demain pour les fidèles, les visiteurs et les touristes », a annoncé un communiqué du bureau du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

« Il a également été décidé que des détecteurs de métaux seront installés aux entrées et que des caméras extérieures couvriront les mouvements à l'extérieur », de l'esplanade, a ajouté le communiqué de M. Nétanyahou, précisant que le site sera rouvert à la mi-journée pour les fidèles musulmans, les touristes et les visiteurs juifs.

Le premier ministre israélien sera dimanche à Paris pour commémorer la rafle du Vel d'hiv et rencontrer pour la première fois Emmanuel Macron.

La fermeture du troisième lieu saint de l'islam, un site ultra-sensible au cœur du conflit israélo-palestinien, avait été décidée à la suite d'une attaque menée par trois Arabes israéliens dans la vieille ville qui a coûté la vie à deux policiers israéliens.

Une décision qui a ravivé les craintes des Palestiniens et des musulmans de voir Israël prendre le contrôle exclusif du site.

La fermeture de l'esplanade avait été dénoncée dans le monde arabe notamment en Jordanie, gardienne des lieux saints de Jérusalem et signataire d'un traité de paix avec l'État hébreu.

La Jordanie et l'Autorité palestinienne ont appelé à une « réouverture immédiate » du site. Qualifiant d'« événement dangereux » la fermeture du site, le ministre jordanien des Affaires islamiques, Wael Arabiyat, a averti samedi Israël contre les conséquences de cette décision alors qu'à Amman, quelques centaines de personnes ont manifesté contre Israël à l'appel des Frères musulmans, appelant à « libérer al-Aqsa », rapporte l'AFP.

M. Nétanyahou a toutefois rejeté du revers de la main les critiques d'Amman. « Au lieu de dénoncer l'attaque terroriste, la Jordanie a choisi d'attaquer Israël. Il serait approprié que toutes les parties impliquées, y compris la Jordanie, fassent preuve de retenue et évitent d'enflammer l'atmosphère », ont indiqué les médias en citant des hauts responsables israéliens.

L'esplanade des Mosquées est gérée par les autorités religieuses jordaniennes. Elle jouxte le mur des Lamentations, où les juifs ont la permission de prier. Ils n'ont en revanche pas l'autorisation de prier sur le mont du Temple.

Depuis octobre 2015, les violences ont causé la mort de 281 Palestiniens, de 44 Israéliens, de deux Jordaniens, d'un Érythréen, d'un Soudanais et d'une Britannique, selon un décompte de l'AFP.