NOUVELLES
14/07/2017 07:25 EDT | Actualisé 15/07/2017 06:44 EDT

Leonard Cohen et Lisa LeBlanc figurent parmi les finalistes du prix Polaris

MONTRÉAL — Des chanteurs plus généralistes, des artistes autochtones et quelques jeunes loups — dont Lisa LeBlanc — figurent parmi les finalistes au prix de musique Polaris.

Les organisateurs ont annoncé jeudi le nom des 10 candidats qui se disputeront le prestigieux prix accompagné d'une bourse de 50 000 $. Ce prix est décerné à l'artiste ou au groupe canadien ayant réalisé le meilleur album pour la période allant du 1er juin 2016 au 31 mai 2017.

Lisa LeBlanc est en lice pour son album «Why You Wanna Leave, Runaway Queen?», écrit majoritairement en anglais.

La chanteuse acadienne fera face à une forte compétition puisque le chanteur des Tragically Hip, Gord Downie, la chanteuse Feist et, de façon posthume, l'auteur-compositeur-interprète montréalais Leonard Cohen, décédé en novembre 2016, se retrouve sur la liste des candidats.

Le vainqueur sera choisi par un jury indépendant de journalistes, de blogueurs et d'animateurs provenant de partout au Canada. Il sera annoncé à l'occasion d'un gala qui se déroulera le 18 septembre au Carlu, à Toronto. La cérémonie sera retransmise par CBC Music sur Facebook et YouTube.

Les mauvais traitements infligés historiquement aux Premières Nations ont fait parler d'eux au Canada au cours de la dernière année. Le Polaris est le reflet de ces débats. Outre l'album «Secret Path» dans lequel Gord Downie raconte la vie de Chanie Wenjack, un adolescent qui est mort après s'être enfui d'un pensionnat autochtone, le groupe A Tribe Called Red se retrouve parmi les finalistes pour l'album «We Are the Halluci Nation».

Tout comme Feist, lauréate en 2012, la chanteuse gutturale inuite Tanya Tagaq pourrait devenir la première artiste à remporter ce prix à deux reprises. Son album «Retribution» se conclut par une chanson de Nirvana, «Rape Me», laquelle semble refléter la vive tension créée par les agressions et les meurtres de femmes autochtones.

Lido Pimienta, une chanteuse originaire de la Colombie dont l'album «La Papessa» s'adresse à des enjeux comme la crise de l'eau et la société patriarcale, est également une des finalistes.

D'autres nouveaux venus pourraient profiter de l'occasion pour donner un nouvel envol à leur jeune carrière. Parmi ceux-ci: le groupe féminin Weaves, le groupe électro-jazz Badbadnotgood et le chanteur montréalais Leif Vollenbekk, dont le dernier album «Twin Solitude» s'inspire de Nick Drake et de Van Morrison.

Le prix avait été décerné l'an dernier à Kaytranada. Parmi les anciens lauréats: Arcade Fire (2011), Buffy Sainte-Marie (2015), Karkwa (2010) et Patrick Watson (2007).