NOUVELLES
14/07/2017 11:19 EDT | Actualisé 14/07/2017 11:40 EDT

Le pur-sang Shakeel remporte le Grand Prix de Paris pour l'Aga Khan

Le pur-sang français Shakeel monté par le Belge Christophe Soumillon, appartenant à l'Aga Khan, a remporté à la lutte le Grand Prix de Paris vendredi soir sur l'hippodrome de Saint-Cloud (banlieue parisienne), une course classique servant de tremplin au Prix de l'Arc de Triomphe début octobre.

Neuf poulains de trois ans se sont élancés pour un voyage de 2.400 mètres dans un bon terrain. L'Anglais Permian sous la selle de William Buick a animé la course jusqu'à mi-ligne droite puis a subi l'attaque de Shakeel durant les 400 derniers mètres. Shakeel, vivement sollicité par le jockey multiple cravache d'Or, a eu le dernier mot sur le fil. Les commissaires ont eu recours à un photographie pour les départager.

"Je savais qu'il n'y avait pas grand chose. L'avantage c'est que Shakeel a une très grande tête. Quand il a pris l'avantage, il a eu tendance à s'arrêter. Permian est un cheval très dur, mais le mien a eu une bonne accélération", a dit Christophe Soumillon de retour aux balances le poing levé.

Le poulain sculptural à la robe baie, un fils du crack Dalakhani (vainqueur de l'Arc en 2003) entraîné par Alain de Royer-Dupré, a rapporté à l'Aga Khan la somme de 342.840 euros de gains promis au vainqueur sur les 600.000 euros de primes diverses.

"Sa victoire fait plaisir. Le cheval s'est bien adapté à la course, on aurait aimé que ça aille encore plus vite car c'est ce qui lui convient", a estimé Alain de Royer-Dupré.

On retiendra de cette édition, la déroute du favori Parabellum monté par Mickael Barzalona. Il a couru à l'arrière-garde sans jamais se montrer menaçant.

Shakeel qui a offert un 4e Grand Prix de Paris à Christophe Soumillon et succède à Mont Ormel tentera de marcher dans les pas de Rail Link, dernier cheval à avoir remporter en 2006 le Grand Prix de Paris et "l'Arc" la même année. "Pour l'Arc de Triomphe, on verra !", a toutefois déclaré Alain de Royer-Dupré.

Quant à l'Italien Mac Mahon monté par Cristian Demuro, précédé d'une flatteuse réputation chez lui - il était invaincu en 4 sorties -, il n'a jamais été dans le coup laissant ses supporteurs sur leur faim.

L'entraîneur irlandais Aidan O'Brien a complété le podium avec Venice Beach confié à James-Anthony Hefferman qui a toujours talonné les leaders se montrant courageux jusqu'au bout.

Le jour de la fête nationale, la réunion de courses en semi-nocturne du Grand Prix de Paris est suivie d'une traditionnelle "garden-party". Les pur-sang devaient quitter le Champ de courses du Val d'Or laissant DJ Jonas Blue aux platines pour faire danser les turfistes.

it/jh