NOUVELLES
14/07/2017 12:25 EDT | Actualisé 14/07/2017 12:42 EDT

Après les Oscars, le Québec pourrait briller lors de la soirée des Emmy

Le travail des Québécois fait encore parler de lui à Hollywood. Après les récentes nominations de l'équipe de Denis Villeneuve aux Oscars pour Arrival, l'annonce des finalistes aux prix Emmy, jeudi, a mis de l'avant Jean-Marc Vallée et ses techniciens pour leur travail dans la série Big Little Lies.

Quatre techniciens québécois de Jean-Marc Vallée sont notamment nommés dans la catégorie du meilleur montage. « Je me trouve choyé. Ça me touche tout le temps », a déclaré Sylvain Lebel, en entrevue avec Radio-Canada.

Le monteur en est à sa troisième nomination aux Emmys, avec une victoire en 2007 pour son travail sur Cirque du Soleil : Corteo. Selon Sylvain Lebel, l’industrie hollywoodienne apprécie particulièrement les Québécois : « On est très travaillant, on est très résilient. Les Américains sont souvent impressionnés par cela ».

Au total, Big Little Lies a obtenu 16 nominations. Jean-Marc Vallée est lui-même cité dans la catégorie de la meilleure réalisation pour une minisérie.

Également nommé pour un prix Emmy, le directeur photo Yves Bélanger n'en était pas à sa première production avec Jean-Marc Vallée, après les films Demolition (2015), Wild (2014) et Dallas Buyers Club (2013). Récemment à Los Angeles pour tourner une autre série de Jean-Marc Vallée, Bélanger avait déjà constaté l'engouement suscité par Big Little Lies : « On sentait vraiment qu'il y avait un buzz », souligne-t-il.

Pour le directeur photo, cette reconnaissance s'explique d'abord par le travail acharné de l'équipe et la vision de Jean-Marc Vallée. « Quand le scénario est bon, que les producteurs trouvent un grand réalisateur et qu'il s'entoure des meilleures personnes qui peuvent travailler ensemble et que les acteurs mordent dans ce texte-là, c'est ce que ça donne. »

Tourner avec Vallée comporte également son lot de défis : caméra à l'épaule, éclairage naturel et longues heures de travail.

Quand on tourne, c'est beaucoup de concentration. On tourne pendant six heures sans arrêter, on mange puis on recommence pour trois heures. C'est beaucoup de concentration et c'est très physique, car je porte la caméra. Mais ça vaut la peine, car le résultat est tout le temps là.

Yves Bélanger

Yves Bélanger, qui a également collaboré avec Xavier Dolan sur Lawrence Anyways, estime que l'ambiance sur le plateau ainsi que la manière de tourner ne sont pas étrangères au succès de la série. « Je suis content de la manière dont on a décidé de tourner les scènes, de façon très organique. Il n'y avait aucune lourdeur, les acteurs étaient très à l'aise. Les scènes de violence domestique ont été faites en une prise. Les acteurs arrivaient, se parlaient un peu et on y allait. »

Si la cérémonie pour les principaux prix Emmy se déroule le 17 septembre, les récompenses techniques seront remises pour leur part les 9 et 10 septembre.