NOUVELLES
06/07/2017 10:34 EDT | Actualisé 06/07/2017 10:40 EDT

Mattis dénonce une "provocation" de Pyongyang mais privilégie la diplomatie

Le ministre américain de la Défense a dénoncé jeudi l'essai historique de missile intercontinental mené par la Corée du Nord, le qualifiant de "provocation", tout en insistant sur le fait que les Etats-Unis cherchaient une solution diplomatique.

"Nous faisons face maintenant à cette très importante escalade, cette provocation, cet affront aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", a commenté Jim Mattis, s'exprimant pour la première fois publiquement après l'essai nord-coréen de mardi.

"Nous restons dans un effort diplomatique impliquant alliés et pays partenaires", a-t-il poursuivi au Pentagone, devant des journalistes.

Quelques heures plus tôt, le président américain Donald Trump avait promis à la Corée du Nord une réponse "sévère" après son tir.

Le Pentagone a toujours affirmé que l'option militaire faisait partie des mesures envisagées contre la Corée du Nord le cas échéant, mais M. Mattis a dit jeudi ne pas penser que les Etats-Unis se rapprochaient d'une guerre à la suite de cet essai de missile ICBM, qui pourrait atteindre l'Alaska selon les experts.

"Je ne pense pas que cette capacité en elle-même nous rapproche d'une guerre parce que le président a été très clair, et le secrétaire d'Etat (Rex Tillerson, NDLR) a été très clair, sur le fait que nous menons avant tout des efforts diplomatiques et économiques", a indiqué M. Mattis.

Il a cependant prévenu que toute initiative de la Corée du Nord visant à déclencher un conflit aurait de "graves conséquences".

"Nous nous tenons prêts à fournir des options si elles sont nécessaires mais c'est un (effort) purement diplomatique avec des sanctions économiques qui est en cours et renforcé par une position militaire que nous sommes en train de prendre en ce moment même", a relevé le chef du Pentagone.

Moins de 24 heures après l'essai largement condamné par la communauté internationale, Séoul et Washington ont répliqué mercredi par plusieurs tirs de missiles simulant une attaque contre le régime de Pyongyang.

wat/elm/vog