NOUVELLES
06/07/2017 08:02 EDT | Actualisé 06/07/2017 08:20 EDT

Droits de l'homme: Cuba s'irrite après une résolution d'eurodéputés

Le Parlement cubain a exprimé jeudi son "rejet énergique" après une résolution des députés européens qui appelle l'île communiste à faire des progrès en matière de droits de l'homme, en marge d'un accord historique de coopération entre l'UE et Cuba.

Dans une déclaration, la commission législative cubaine des relations internationales a jugé "inutile, inopportune et avec une forte teneur colonialiste" la résolution approuvée mercredi à Strasbourg.

Les eurodéputés ont appelé l'UE et Cuba "à donner des garanties qui facilitent l'action des défenseurs des droits de l'homme et la participation active de tous les acteurs de la société civile et de l'opposition politique à ce processus, sans exception".

Le texte "invite instamment le gouvernement cubain à aligner sa politique en matière de droits de l'homme sur les normes internationales" et demande la libération des prisonniers politiques.

Cette résolution "déforme notre réalité, suggère des solutions dont Cuba n'a pas besoin" et constitue "une ingérence dans les affaires internes" de l'île, selon le Parlement cubain, contrôlé par le parti communiste, unique formation politique autorisée à Cuba.

L'institution dit ne reconnaître "aucun droit au Parlement européen pour aborder des sujets sur lesquels seul le peuple cubain est compétent".

L'accord "de dialogue politique et de coopération" avec Cuba auquel le Parlement européen a donné son feu vert mercredi contient une clause qui permettrait de le suspendre en cas de violations des droits de l'homme.

La normalisation des relations avec l'île, dont l'UE est déjà l'un des principaux partenaires commerciaux, s'est conclue dans le sillage du rapprochement avec La Havane décidé par l'ancien président américain Barack Obama. Ce dernier avait mis fin en juillet 2015 à 60 ans de gel entre l'île et les Etats-Unis.

Mais son successeur, le républicain Donald Trump, a récemment remis en cause certains points de ce rapprochement, voulant revenir sur une série d'assouplissements de l'embargo américain concédés par son prédecesseur.

vel/ka/mr