NOUVELLES
06/07/2017 00:16 EDT | Actualisé 06/07/2017 00:40 EDT

Crues massives dans le sud du Japon: deux morts et 18 disparus

Des pluies d'une ampleur sans précédent ont provoqué des crues gigantesques jeudi dans le sud-ouest du Japon, où au moins deux personnes ont péri et 18 sont portées disparues tandis que les autorités appellent des centaines de milliers d'habitants à partir.

Les cours d'eau en furie ont emporté des routes et maisons et détruit des écoles. Des milliers de soldats et sauveteurs bataillaient jeudi pour parvenir jusqu'aux personnes bloquées par les torrents ou menacées par des glissements de terrain et les évacuer, certaines par hélicoptère.

"Nous nous trouvons dans une situation très grave", a déclaré le vice-Premier ministre, Taro Aso, au cours d'une réunion ministérielle d'urgence, en l'absence du Premier ministre Shinzo Abe, qui entame à Bruxelles un voyage en Europe.

"Des glissements de terrain liés à cette catastrophe peuvent encore se produire, tandis que de nombreuses personnes manquent toujours à l'appel", a expliqué M. Aso, qui est également ministre des Finances.

Les provinces de Fukuoka et Oita, sur Kyushu, la plus méridionale des quatre îles principales de l'archipel nippon, ont reçu 540 mm de pluie en 24 heures par endroits, soit une fois et demie ce qui y est habituellement constaté en un mois de juillet, en pleine saison des pluies. Or ces précipitations ont trouvé un sol déjà gorgé d'eau par le passage d'un typhon en début de semaine.

Les autorités ont néanmoins pu dans la journée de jeudi lever les avertissements dits "spéciaux" de fortes précipitations dans ces deux préfectures tout en maintenant des niveaux d'alerte plus faibles.

Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, avait dès l'aube parlé de "beaucoup d'informations faisant état de disparitions", sans pouvoir préciser un nombre.

- 'Accroche-toi !'-

Les responsables des préfectures de Fukuoka et Oita ont recensé au total 18 disparus, parmi lesquels un enfant qui aurait été vu emporté par les eaux. Des images de la télévision montraient des cours d'eaux gonflés de grosses vagues envahissant des zones résidentielles, saccageant les routes et inondant les terres agricoles.

La localité d'Asakura, située à environ 900 km de Tokyo, était parmi les lieux les plus affectés, ses rues transformées en torrents, tandis que son responsable des situations d'urgence signalait "beaucoup, beaucoup" d'appels de personnes en détresse. Dans cette ville de la préfecture de Fukuoka, un homme a été retrouvé mort, ont rapporté la chaîne de télévision publique NHK et l'agence de presse Jiji en citant des sources policières.

Ces mêmes médias ont également indiqué qu'un homme avait péri dans un glissement de terrain à Hita, dans la préfecture d'Oita. Un responsable contacté par l'AFP n'avait pu immédiatement confirmer cette information.

Ryoichi Nishioka, qui cultive des fleurs à Asakura, a essayé en vain de sauver ses plantations de la montée des eaux. "J'ai essayé de les couvrir mais n'y suis pas parvenu", a-t-il raconté à l'AFP. "Puis les tourbillons d'eau ont inondé la zone et emporté les serres".

M. Nishioka, 67 ans, a aussi raconté comment il avait pendant une partie de la nuit soutenu le moral d'un homme accroché à un poteau pour échapper au déferlement d'eau boueuse. "Il n'y avait plus d'électricité alors je l'ai éclairé depuis l'étage avec une lampe torche et lui ai crié des encouragements pendant trois heures de 21H00 à minuit". "Je lui disais +Accroche-toi ! Accroche-toi !". Il a été finalement secouru, s'est félicité M. Nishioka.

Un vieil homme du quartier de Haki à Asakura a vu ses meubles flotter çà et là dans sa maison inondée. "Je les ai évités et suis sorti, poussé par le courant", a-t-il raconté à la NHK.

Ailleurs, un pont ferroviaire a été détruit par la rivière Kagetsu en crue, interrompant la circulation des trains, a indiqué un porte-parole de la compagnie de chemin de fer.

De nombreuses autres lignes de la région ont connu des retards ou ont cessé de fonctionner en raison des fortes pluies, tandis que les établissements scolaires étaient fermés, selon les responsables locaux et les médias.

mis-kh-qt-uh/kap/at