NOUVELLES
20/06/2017 06:37 EDT | Actualisé 20/06/2017 07:00 EDT

Un faux agent secret libanais condamné pour escroquerie à cinq ans de prison

Un Libanais qui s'était fait passer pendant une dizaine d'années pour un agent secret pour soutirer plusieurs millions d'euros à ses victimes a été condamné mardi par la justice française à cinq ans de prison ferme.

Le tribunal de Versailles, à l'ouest de Paris, a assorti sa peine d'une amende de 80.000 euros et d'une interdiction de gérer des sociétés pendant dix ans. Il devra en outre payer plus de 1,3 million d'euros de dommages et intérêts à six parties civiles, dont un restaurateur égyptien qu'il a totalement ruiné.

Dany Hadid, dont le casier judiciaire était jusque là vierge, a été condamné pour des faits d'escroquerie et de blanchiment notamment. Il a été maintenu en détention.

Le ministère public avait requis six ans d'emprisonnement, dont un avec sursis, la semaine dernière à l'encontre de cet homme de 42 ans qui a réussi à berner plusieurs personnes de son entourage privé et professionnel et jusqu'à ses complices.

Grâce à une habile mise en scène, il faisait croire à ses proches et à des gérants de société qu'il travaillait pour les services secrets et pouvait ainsi leur rendre des services en échange de remises de fonds. L'argent était ensuite transféré, via ses compagnes ou ses hommes de paille, pour une part sur des comptes libanais opaques, servant pour l'autre à financer le train de vie dépensier de l'intéressé, installé près de Rambouillet, à l'ouest de Paris.

"La totalité des infractions" reprochées au "donneur d'ordre, organisateur et principal bénéficiaire du système" sont "parfaitement caractérisées", avait estimé le procureur, soulignant que Dany Hadid n'avait "aucune excuse".

Ce dernier a toujours nié les faits d'extorsion et de blanchiment et s'être fait passer pour un agent secret, criant à une "cabale" lancée contre lui par les victimes et ses coprévenus.

Son complice principal, un ex-musicien d'une fanfare de la gendarmerie mobile, qui lui servait de chauffeur et de coursier, a été condamné à deux ans d'emprisonnement et 10.000 euros d'amende.

Les quatre autres coprévenus, parmi lesquels un expert-comptable, ont été condamnés notamment à des peines de six à 18 mois de prison avec sursis.

Tout au long du procès, ces coprévenus, qui comparaissaient libres, ont décrit l'état de "dépendance" psychologique et/ou financière que l'homme avait su leur imposer.

cal/jf/mw/pg